Votre confidentialité

En utilisant notre site web, vous consentez que Clue utilise des cookies et des services tiers, et recueille vos données d'utilisation sous un identifiant unique à des fins de suivi, d'analyse et d'amélioration de notre site web, ainsi qu'à des fins de personnalisation (par exemple en vous montrant des contenus Clue pertinents).

En savoir plus sur l'utilisation des cookies dans notre Politique de confidentialité.

Offre exclusive sur le site 🎁 25% de réduction sur Clue PlusAbonnez-vous

Illustration : Emma Günther

Temps de lecture : 29 min

La recherche scientifique chez Clue

Comment le suivi de votre cycle fait progresser la santé féminine

Lorsque vous effectuez un suivi dans Clue, vos données dépersonnalisées deviennent un outil puissant : elles peuvent contribuer à répondre à des questions visant à mieux comprendre la santé menstruelle et reproductive. Les femmes et les personnes ayant des règles ont toujours été sous-représentées dans la recherche sur la santé, et nous avons la conviction que les données de Clue offrent une occasion importante de changer la donne.

Vos crampes, vos fringales et les autres catégories que vous suivez font partie d'un ensemble inédit de données qui peuvent être utilisées par les meilleurs instituts de recherche et cliniques pour explorer des sujets ayant un impact sur le monde réel. Ces recherches peuvent aider les scientifiques à mieux comprendre notre corps, à explorer la diversité culturelle et démographique et à faire tomber des tabous néfastes.

La protection des données de santé privées est primordiale

Assurer la protection de vos données privées est notre priorité absolue. Nous ne vendons jamais aucunes données. Seules les données directement liées à la question de la recherche sont partagées. Nous suivons des protocoles stricts pour garantir que les données soient dépersonnalisées et qu'il soit impossible de remonter jusqu'à une personne en particulier.

  • Nous supprimons tous les identifiants personnels tels que le nom, l'adresse électronique ou l'adresse IP.

  • Nous prenons ensuite des précautions supplémentaires pour nous assurer qu’il soit impossible de déduire une identité, par exemple :

    • en veillant à ce qu'il y ait un nombre suffisant de profils utilisateurs avec les mêmes caractéristiques générales (par ex. il doit y avoir au moins 100 utilisateurices dans la même ville, dans la même tranche d'âge et dont le moyen de contraception le plus récent et le même) ;

    • dans la mesure du possible, les données sont divisées en domaines (par ex. en utilisant des tranches d'âge ou de poids plutôt que des données spécifiques) ;

    • en changeant les dates de suivi lorsque les dates réelles ne sont pas nécessaires au sujet de la recherche.

Vous pouvez en savoir plus sur la manière dont Clue traite vos données en consultant notre politique de confidentialité.

Nos critères pour les partenariats de recherche

Nous ne collaborons qu'avec des scientifiques rigoureusement sélectionné·e·s pour explorer des questions de recherche importantes, dans le but de publier les résultats dans des revues scientifiques. Lorsque nous choisissons de nous associer à des chercheurs·e·s membres d'institutions de recherche ou universitaires reconnues, nous veillons à ce que chaque projet réponde aux critères stricts suivants :

  1. Elle a pour but de répondre à des questions scientifiques spécifiques qui favorisent la compréhension de sujets pertinents pour les utilisateurices de Clue et toutes les personnes ayant des cycles.

  2. Elle est fondée sur des bases scientifiques et éthiques, elle est inédite et innovante, et elle n'a pas de but commercial.

  3. Elle respecte des exigences strictes en matière de protection des données, conformément au règlement général sur la protection des données (RGPD) de l'UE.

Les différents types de recherche auxquels vous pouvez participer

En tant qu'utilisateurice de Clue, vous pouvez contribuer à l'avancement de la recherche de différentes manières :

  1. Contribuez aux données que vous suivez dans Clue : Consentir à l'utilisation de vos données suivies à des fins de recherche signifie que vos données dépersonnalisées peuvent être utilisées pour répondre à d'importantes questions sur la santé menstruelle et reproductive.

  2. Participer à des enquêtes dans Clue : Vous pouvez occasionnellement recevoir un message dans l'application vous demandant si vous souhaitez participer à une enquête, qui peut être l'enquête seule ou combinée avec vos données dépersonnalisées suivies dans Clue. Il y aura toujours un écran d'introduction expliquant l'étude et les données qui seront utilisées, que vous pouvez consulter avant d'accepter de participer.

  3. Participer à une étude clinique qui utilise Clue pour collecter des données : Les chercheurs peuvent utiliser Clue pour collecter des données sur le cycle menstruel dans le cadre de leurs études. Par exemple, si un chercheur étudie l'impact de l'exercice physique sur les saignements menstruels, les participantes pourraient s'engager dans différents programmes d'exercice tout en utilisant Clue pour suivre leurs règles et d'autres symptômes. Vous pouvez voir ce type d'études promues par Clue et vous pouvez vous inscrire à une étude directement auprès de l'équipe de recherche.

  4. Participez à une étude promue par Clue : Bien qu'il soit essentiel d'avoir un groupe diversifié de participants à la recherche pour comprendre la santé dans différentes populations, il peut être très difficile de recruter des personnes d'horizons très variés. Vous pourriez voir des études de recherche liées à la santé sexuelle ou reproductive promues dans l'application Clue ou dans les médias sociaux Clue auxquelles vous pourriez participer.

Avec l'aide de nos équipes de Science et de Données, nos collaborateurs universitaires explorent des questions telles que : La pollution de l'air affecte-t-elle les schémas menstruels ? Quel est l'impact de l'exercice physique sur les règles des adolescents ? Comment nos cycles menstruels et nos symptômes peuvent-ils nous aider à détecter plus tôt les maladies et les risques de maladie ?

Si vous êtes un chercheur intéressé par une collaboration avec nous, vous pouvez contacter notre équipe à l'adresse research@helloclue.com.

Découvrez les collaborations de recherche de Clue

Vous trouverez ci-dessous un aperçu de quelques-uns des travaux réalisés dans le cadre de nos collaborations de recherche actuelles et passées.

________

RECHERCHE DE CLUE SUR LE CYCLE MENSTRUEL

La pandémie de COVID-19 a-t-elle eu un impact sur les cycles menstruels ?

Institutions : Université de Montpellier (CNRS), Oregon Health & Science University, Johns Hopkins University (études connexes mais indépendantes) 

Chercheurs principaux : Alexandra Alvergne PhD (CNRS) ; Alison Edelman MD, MPH (OHSU), et Mostafa Borahey MD, PhD, MBA (JHU)

Bien qu'il existe des preuves anecdotiques de personnes ayant subi des modifications de leur cycle menstruel (comme des cycles plus longs ou des règles plus abondantes) après une infection ou une vaccination par COVID-19, peu d'études ont été réalisées sur le sujet. Ce projet a associé des données d'enquête sur l'infection par COVID-19 et les dates de vaccination à des données sur le cycle menstruel tirées de Clue, afin d'évaluer les effets potentiels de chacune de ces données. Ces projets comptent parmi les rares études sur la pandémie et les cycles menstruels à utiliser des données suivies en temps réel plutôt que des souvenirs, ce qui renforce la qualité de l'étude. L'étude a révélé une augmentation légère et temporaire de la durée du cycle menstruel à la suite d'une infection ou d'une vaccination par le COVID-19. Dans les deux cas, la durée du cycle des utilisateur·ices est revenue à sa moyenne antérieure après un cycle. 

En savoir plus (en anglais)

Comment les saignements menstruels abondants sont-ils perçus selon les personnes ?

Institution : Clue en partenariat avec la Fondation Bill et Melinda Gates

Chercheurs principaux : Amanda Shea PhD et Virginia Vitzthum PhD

On estime que les saignements menstruels abondants touchent environ 30 % des femmes, mais ils sont souvent méconnus et difficiles à diagnostiquer, car chaque personne peut avoir une compréhension différente de ce qu'est un flux menstruel "abondant". Ce projet a comparé les saignements suivis par les utilisateur·ices de Clue avec leurs réponses à un questionnaire en ligne et a constaté que pour les personnes qui déclaraient avoir des règles abondantes, l'abondance réelle du flux n'était pas toujours le facteur le plus important pour caractériser leurs règles. En fait, certaines personnes qui ont déclaré avoir des règles abondantes n'ont pas suivi de jours de saignements abondants. La "lourdeur" des règles a été associée non seulement à une augmentation de la durée des règles et du nombre de jours de flux abondant, mais aussi à une augmentation de la douleur et d'autres symptômes physiques tels que la fatigue et les problèmes digestifs. Celles qui ont déclaré des règles abondantes ont également signalé une plus grande perturbation des activités quotidiennes telles que la capacité à participer à l'activité sexuelle, aux activités sociales et de loisirs, à l'école ou au travail. Cela confirme l'abandon récent de la mesure du volume sanguin au profit de la qualité de vie lors de l'évaluation des saignements menstruels abondants. Il souligne également l'importance de comprendre les expériences et les objectifs individuels lors de la prestation de soins de santé.

En savoir plus (en anglais)

La pollution atmosphérique peut-elle affecter le cycle menstruel ?

Institution : Senseable City Lab au Massachusetts Institute of Technology (MIT) 

Chercheurs principaux : Priyanka deSouza PhD et Fabio Duarte PhD

En combinant les données sur la qualité de l'air local avec les données Clue sur le cycle menstruel provenant des mêmes zones géographiques, ce projet vise à mieux comprendre comment les facteurs environnementaux tels que la qualité de l'air peuvent avoir un impact sur la santé menstruelle, y compris les caractéristiques du cycle telles que la régularité du cycle et l'abondance des saignements. Les chercheurs s'intéressent également à la manière dont les pics de pollution atmosphérique, provoqués par des événements tels que les incendies de forêt, peuvent affecter la durée et la variabilité du cycle des personnes exposées. Ce projet se concentre sur des villes dont la qualité moyenne de l'air varie au Brésil, au Mexique et aux États-Unis.

Les symptômes digestifs sont-ils associés à l'humeur pendant le syndrome prémenstruel ?

Institution : Université Johns Hopkins

Chercheur principal : Liisa Hantsoo, PhD

Les symptômes digestifs tels que les ballonnements, la constipation et les nausées sont ressentis avant les règles par 73 % des personnes ayant des cycles. Les associations entre les symptômes digestifs et l'humeur sont mal connues chez les personnes souffrant du syndrome prémenstruel (SPM), bien que des études antérieures suggèrent que les deux peuvent s'influencer mutuellement. Cette étude porte sur la fréquence du suivi des symptômes digestifs au cours du cycle ainsi que sur la relation entre les symptômes digestifs et les symptômes de l'humeur tels que le stress, se sentir retiré et le manque de motivation pendant la période prémenstruelle. 

Quelle est la contribution des cycles menstruels à l'humeur, au comportement et aux signes vitaux ? 

Institution : Université de Stanford Chercheurs principaux : Emma Pierson PhD et Jure Leskovec PhD

Ce projet a appliqué des modèles d'apprentissage automatique aux données de suivi du cycle Clue afin de mieux comprendre comment diverses dimensions de l'humeur, du comportement et des signes vitaux sont affectées de manière différentielle par différents cycles, notamment les cycles quotidiens, hebdomadaires, saisonniers et menstruels. L'objectif est de mieux comprendre comment les cycles menstruels contribuent à la santé générale.

En savoir plus (en anglais)

Comment la durée du cycle menstruel et les symptômes varient-ils d'une personne à l'autre ? L'IA peut-elle nous aider à prédire avec plus de précision la date des prochaines règles d'une personne ?

Institution : Université de Stanford

Chercheurs principaux : Noémie Elhadad PhD, Kathy Li PhD, Iñigo Urteaga PhD, Chris Wiggins PhD

L'examen de la longueur du cycle ne suffit souvent pas à rendre compte de l'ampleur des variations du cycle menstruel. L'équipe de la Dre. Elhadad a examiné la variabilité du cycle (la variation de la durée du cycle d'une personne d'un cycle à l'autre) et son association avec les schémas de suivi des symptômes (tels que les maux de tête et la sensibilité des seins). Une étude plus approfondie de ces différences pourrait aider les cliniciens et les chercheurs à mieux comprendre le large éventail de cycles que connaissent les personnes et à utiliser plus efficacement les caractéristiques des cycles en tant qu'indicateurs potentiels de santé.  Dans le cadre d'un autre projet, l'équipe a cherché à différencier les schémas menstruels du comportement de suivi des applications. Lorsque les utilisateur·ices oublient de suivre leurs règles dans l'application, les données apparaissent sous la forme d'un cycle trop long, ce qui peut affecter les prédictions de l'application. En trouvant des moyens d'estimer quand un cycle long peut être dû à un oubli de suivi, des modèles plus précis peuvent être développés pour fournir de meilleures estimations du calendrier des cycles futurs. L'équipe a développé un modèle qui détermine la probabilité qu'une personne oublie de suivre son cycle, ce qui peut être utilisé pour améliorer l'expérience des applications et la qualité des données pour la recherche.  

En savoir plus (en anglais)

Les IST influencent-elles les symptômes prémenstruels ?

Institution : Université d'Oxford Chercheur principal : Alexandra Alvergne PhD

Les symptômes prémenstruels varient d'un individu à l'autre et peuvent également varier d'un cycle à l'autre pour une même personne. On sait peu de choses sur les facteurs qui peuvent influencer ces expériences, notamment sur l'impact que peuvent avoir les infections sexuellement transmissibles (IST). Les utilisateur·ices de Clue ont été interrogés sur les diagnostics récents d'IST, les symptômes qu'ils présentaient et s'ils avaient reçu un traitement. Ces réponses ont été combinées avec les expériences du cycle menstruel suivies dans Clue pendant les cycles avant et après le diagnostic. 

Il a été constaté qu'avant le diagnostic, la présence d'une IST doublait la probabilité de signaler des symptômes prémenstruels négatifs tels que des douleurs (maux de tête, crampes) et une humeur maussade. Alors que les symptômes prémenstruels sévères peuvent être considérés comme faisant partie du cycle, cette recherche indique qu'ils pourraient en fait être le signe d'une IST non détectée. Cela signifie que le suivi des symptômes menstruels et de leur évolution d'un cycle à l'autre pourrait permettre de détecter et de traiter plus tôt d'éventuelles affections sous-jacentes.

En savoir plus (en anglais)

Comment le désir sexuel évolue-t-il au cours du cycle menstruel et en fonction de l'utilisation de contraceptifs ?

Institution : Institut Max Planck pour le développement humain 

Chercheur principal : Ruben Lennartz PhD 

Malgré l'intérêt qu'elles suscitent, les recherches sur l'effet du cycle menstruel et des contraceptifs hormonaux sur le désir sexuel sont limitées. Bien que les modifications du désir soient souvent citées comme une raison d'insatisfaction à l'égard des contraceptifs, il y a étonnamment peu de preuves de ces effets. Ce projet vise à utiliser les données enregistrées dans Clue pour mieux comprendre comment le désir sexuel évolue au cours du cycle et comment différentes méthodes contraceptives peuvent l'affecter. Ces résultats peuvent nous aider à mieux comprendre les changements liés au cycle et nous éclairer sur les effets secondaires potentiels des contraceptifs. 

La contraception hormonale a-t-elle une incidence sur la sensibilité des seins ?

Institution : Université de Stanford

Chercheurs principaux : Laura Symul PhD et Susan Holmes PhD

La sensibilité des seins est l'une des expériences liées au cycle menstruel les plus fréquemment rapportées. Ce projet utilise les données de l'application Clue pour étudier comment les expériences de sensibilité des seins changent au cours de chaque cycle, si ces schémas varient d'un individu à l'autre et s'ils sont affectés par l'utilisation de contraceptifs hormonaux. 

________

RECHERCHE DE CLUE SUR LE CYCLE MENSTRUEL ET LES PHASES DE LA VIE

Quel est l'impact de l'exercice physique et du stress sur les cycles menstruels des adolescentes ?

Institution : Université de Californie, Berkeley

Chercheur principal : Kim Harley PhD

Bien que l'American College of Obstetrics and Gynecology ait déclaré que le cycle menstruel était un signe vital pour les adolescentes, peu de recherches ont été menées sur les variations du cycle des adolescentes au sein de la population ou sur son évolution dans les années qui suivent la ménarche (les premières règles). Il existe également peu d'informations sur la manière dont des facteurs tels que l'exercice physique et le stress peuvent influer sur l'expérience du cycle.  À l'aide d'enquêtes et de données de suivi des cycles de près de 10 000 utilisateur·ices de Clue âgés de 13 à 18 ans, ce projet a permis de caractériser les schémas de cycle chez les adolescents et de voir comment ils différaient en fonction de l'âge et de l'âge des premières règles. Des publications ultérieures examineront comment les habitudes de sommeil, le stress et le soutien social, ainsi que des comportements tels que l'exercice, le tabagisme et la consommation d'alcool, influencent les caractéristiques du cycle chez les adolescents. Cette recherche permettra de mieux comprendre les cycles des adolescents, ce qui peut améliorer notre capacité à détecter et à traiter plus tôt les cycles anormaux et, en fin de compte, à améliorer la santé à long terme des personnes ayant des cycles.

En savoir plus (en anglais)

Quels sont les symptômes rencontrés par les personnes en périménopause ?

Institution : Université de Californie, Berkeley

Chercheurs principaux : Kim Harley PhD et Lindsay Parham PhD

La ménopause, c'est-à-dire l'arrêt des règles, est une étape inévitable de la vie des personnes ayant des cycles. La transition vers la ménopause, connue sous le nom de périménopause, se caractérise par des niveaux d'hormones fluctuants, des cycles de durée variable et un large éventail de symptômes tels que les bouffées de chaleur, les changements d'humeur et les troubles du sommeil. Bien qu'il s'agisse d'une phase importante de la vie, la recherche sur la périménopause est insuffisante. On sait peu de choses sur le moment où chaque individu entre en périménopause, sur la durée de cette période, sur l'ensemble des symptômes auxquels il peut s'attendre et sur les facteurs qui peuvent influencer ces symptômes. Cette étude utilisera les données du cycle Clue, les enquêtes et les données biométriques de l'anneau Oura pour mieux comprendre l'éventail des symptômes ressentis par les personnes et la façon dont ils évoluent au cours de la périménopause. Cela peut aider les chercheurs et les cliniciens à mieux comprendre la périménopause, ce qui ouvre des possibilités de fournir de meilleures ressources, de meilleurs outils et de meilleurs conseils pour soutenir les personnes qui traversent cette transition.

________

RECHERCHE DE CLUE SUR LES MALADIES

L'autosurveillance des cycles menstruels peut-elle être utilisée pour détecter l'endométriose ?

Institution : Institut de technologie du Massachusetts

Chercheurs principaux : Aparna Balagopalan, Cassandra Parent et Marzyeh Ghassemi PhD

L'endométriose est une maladie chronique dans laquelle des tissus semblables à l'endomètre se développent à l'extérieur de l'utérus, provoquant des douleurs extrêmes et entraînant parfois même la stérilité. L'endométriose touche environ 10 % des personnes ayant des cycles, mais comme les symptômes peuvent être très variés et qu'ils se chevauchent souvent avec d'autres affections, il faut en moyenne 6 à 11 ans pour obtenir un diagnostic. Cette étude appliquera des méthodes d'apprentissage automatique aux expériences de cycle enregistrées dans Clue par les personnes avec et sans diagnostic d'endométriose, afin de déterminer s'il est possible d'identifier les personnes atteintes d'endométriose en se basant uniquement sur leurs symptômes.

Quel est le lien entre les règles abondantes et douloureuses et la dépression ?

Institution : Université d'Exeter et Université de Bristol

Chercheurs principaux : Gemma Sharp PhD et Jon Heron PhD

Bien que les règles abondantes, les douleurs menstruelles et la dépression soient très courantes, on ne sait pas grand-chose de leur relation. On pense que les personnes ayant des règles abondantes et/ou douloureuses courent un risque élevé de symptômes dépressifs. En outre, les symptômes dépressifs et le stress psychologique peuvent perturber les caractéristiques du cycle menstruel. Cette étude utilisera les expériences du cycle menstruel enregistrées dans Clue pour mieux comprendre les schémas des expériences de saignements abondants et de douleurs, avec et sans dépression clinique ou symptômes dépressifs, ainsi que la manière dont ces schémas évoluent avec l'âge. Cela pourrait aider les prestataires de soins de santé à identifier les personnes présentant un risque plus élevé de règles abondantes et douloureuses et de symptômes dépressifs associés au cycle, ce qui permettrait de mettre en œuvre des interventions plus tôt. En fin de compte, cela peut contribuer à améliorer la santé mentale et le bien-être des personnes ayant des cycles.

La concentration, l'attention et la motivation changent-elles au cours du cycle menstruel chez les personnes atteintes ou non de TDAH ?

Institution : Université Queen Mary de Londres

Chercheur principal : Jessica Agnew-Blais PhD

Il est bien connu que l'humeur peut être affectée par les fluctuations hormonales liées au cycle menstruel. La façon dont les sentiments de concentration, de motivation ou d'autres aspects du fonctionnement mental peuvent être affectés est cependant moins bien étudiée. Des rapports font état d'une aggravation des symptômes au cours du cycle chez les personnes souffrant de troubles tels que le trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH), mais très peu de recherches ont été menées pour caractériser et quantifier ce phénomène, ce qui laisse aux personnes souffrant de ce trouble des options limitées pour améliorer leurs symptômes. Cette étude utilisera les expériences de cycle suivies dans Clue par les personnes avec et sans diagnostic de TDAH, afin d'examiner les schémas de cycle pour des éléments tels que la motivation, la concentration et la productivité, et la manière dont ils diffèrent entre les deux groupes. Nous pourrons ainsi mieux comprendre les changements mentaux liés au cycle, ce qui pourrait contribuer à améliorer la pratique clinique pour l'évaluation et le traitement du TDAH et à mieux soutenir les personnes atteintes de cette maladie.

Le suivi du cycle menstruel peut-il nous aider à mieux comprendre les expériences du trouble dysphorique prémenstruel afin d'améliorer les critères de diagnostic ?

Institution : Université de Cardiff

Chercheuses principales : Chloe Apsey et Arianna Di Florio PhD

On estime que le trouble dysphorique prémenstruel (TDPM) touche 1 à 6 % des personnes ayant des cycles menstruels et se caractérise par de graves changements émotionnels, comportementaux et physiques dans les jours précédant les règles. Bien que la prise de conscience du trouble dysphorique prémenstruel se soit améliorée ces dernières années, il existe encore des points de vue contradictoires sur la définition et le diagnostic du trouble dysphorique prémenstruel. Clue permet d'examiner les symptômes du trouble dysphorique prémenstruel qui se manifestent chaque jour du cycle, ainsi que les autres affections diagnostiquées chez les personnes atteintes de ce trouble. En cartographiant les schémas symptomatiques et les comorbidités chez les personnes avec ou sans diagnostic de trouble dysphorique prémenstruel, cette étude vise à élargir les connaissances sur cette pathologie et à éclairer les discussions sur les critères de diagnostic du trouble dysphorique prémenstruel, dans le but ultime de favoriser un dépistage et un traitement plus efficaces des personnes souffrant de cette pathologie.

Quel est l'impact du cycle menstruel sur l'humeur et les niveaux d'énergie chez les personnes avec ou sans problèmes de santé ?

Institution : Université de Washington à St. Louis

Chercheur principal : Hillary Anger Elfenbein

Les femmes signalent fréquemment des changements dans leur fonctionnement au cours du cycle menstruel, mais comme l'accent est souvent mis sur la phase prémenstruelle, peu d'études complètes ont été menées pour documenter les changements sur l'ensemble du cycle, et encore moins sur la façon dont ces changements peuvent être influencés par la présence de problèmes de santé connexes tels que la dépression et l'anxiété. Cette étude évaluera les schémas cycliques du fonctionnement subjectif et la manière dont ils diffèrent entre les personnes souffrant de troubles mentaux diagnostiqués et celles qui n'en souffrent pas. Cela nous permettra de mieux comprendre ces problèmes de santé ainsi que le risque de subir des changements liés au cycle, ce qui pourrait favoriser le développement d'options de traitement plus efficaces et, en fin de compte, le bien-être des personnes qui souffrent de symptômes cycliques pénibles.

Existe-t-il un lien entre les schémas menstruels et le risque de maladie chronique ?

Institution : École de santé publique Mailman de l'université de Columbia

Chercheurs principaux : Mary Beth Terry PhD, Jasmine McDonald PhD, et Lauren Houghton PhD

On estime que le cancer du sein touche environ 280 000 femmes par an rien qu'aux États-Unis. Des recherches antérieures suggèrent qu'il pourrait y avoir un lien entre les cycles menstruels et le risque de cancer du sein, mais il existe peu de données longitudinales pour évaluer ce lien. Pour étudier comment les caractéristiques du cycle menstruel peuvent être liées au cancer du sein, les participantes à l'étude du Breast Cancer Family Registry utiliseront Clue pour le suivi à long terme des symptômes de leur cycle menstruel, ce qui permettra aux chercheurs de recueillir des données en temps réel sur une base quotidienne. Comme le cancer du sein peut être traité plus efficacement lorsqu'il est détecté à un stade précoce, cette recherche vise à déterminer s'il existe des symptômes ou des schémas du cycle menstruel qui peuvent être utilisés pour favoriser la détection précoce.

________

RECHERCHE DE CLUE SUR LA CONTRACEPTION

Quel est l'impact des menstruations sur les attitudes et les comportements liés à l'utilisation des préservatifs ?

Institut : Institut Kinsey

Chercheurs principaux : Cynthia Graham PhD, Stephanie Sanders PhD, Virginia J. Vitzthum PhD

L'équipe de recherche sur l'utilisation du préservatif (CURT) de Kinsey a collaboré avec Clue pour mener la plus grande étude jamais réalisée sur les attitudes et les comportements des femmes concernant l'utilisation du préservatif pendant les menstruations. Plus de 110 000 réponses d'utilisateurs de Clue du monde entier ont été utilisées pour examiner 1) la prévalence de l'utilisation du préservatif pendant les règles, 2) les raisons de l'utilisation du préservatif (protection contre les IST, prévention de la grossesse ou protection du partenaire contre le sang), 3) si l'utilisation du préservatif pendant les règles varie en fonction de l'âge et de l'inégalité des sexes dans le pays de résidence, et 4) si l'âge et l'inégalité des sexes dans le pays de résidence interagissent avec les raisons de l'utilisation ou de la non-utilisation du préservatif pendant les règles. Cette étude vise à aider les chercheurs et les praticiens à mieux comprendre les attitudes et les comportements liés à l'utilisation des préservatifs, afin d'élaborer des programmes d'éducation et des interventions plus efficaces.

En savoir plus (anglais)

Comment les préférences en matière de saignements menstruels influencent-elles la prise de décision en matière de contraception ?

Institution : Clue en partenariat avec la Fondation Bill et Melinda Gates

Chercheurs principaux : Amanda Shea PhD et Virginia Vitzthum PhD

Les préférences en matière de saignements menstruels peuvent varier considérablement - alors que certaines préfèrent avoir des règles régulières, d'autres préfèrent ne pas en avoir dans la mesure du possible. Ainsi, l'impact de certaines méthodes contraceptives sur la fréquence et la durée des saignements menstruels est considéré comme un avantage par certains, mais comme une nuisance par d'autres. Pour mieux comprendre cette relation, 4 255 utilisateur·ices de Clue aux États-Unis, en Inde et en Afrique du Sud ont été interrogés et regroupés selon qu'ils utilisaient une méthode de contraception hormonale ou non hormonale. Dans les trois pays, les utilisateur·ices de méthodes non hormonales étaient plus susceptibles de vouloir conserver leurs cycles menstruels naturels et d'avoir des règles régulières que les utilisatrices de méthodes hormonales, qui avaient tendance à préférer des saignements moins fréquents. Les participantes basées aux États-Unis présentaient les plus grandes différences dans les perspectives de saignement entre les groupes, les utilisatrices de méthodes non hormonales ayant tendance à avoir des associations plus positives avec leurs règles, telles que la bonne santé, la fertilité et le fait de rester en contact avec leur corps. À l'inverse, les méthodes non hormonales de méthodes hormonales étaient plus susceptibles de considérer les règles comme une fonction corporelle gênante ayant une signification personnelle limitée. Ces tendances reflètent les différences de valeurs personnelles et de normes culturelles et soulignent la nécessité de reconnaître les objectifs et les préférences individuels et de ne pas adopter une approche unique en matière de conseil contraceptif.

En savoir plus (en anglais) 

________

RECHERCHE DE CLUE SUR LES APPLICATIONS ET LA SANTÉ REPRODUCTIVE

Comment les applications de suivi des menstruations peuvent-elles soutenir la recherche en santé reproductive ?

Institution : Clue en partenariat avec la Fondation Bill et Melinda Gates

Chercheurs principaux : Amanda Shea PhD et Virginia Vitzthum PhD

La priorité insuffisante accordée à la recherche sur les personnes atteintes d'un cycle a entraîné un fossé béant entre les données sur le genre et des soins de santé inadéquats pour les femmes et les minorités de genre. Pour combler ce fossé, nous avons besoin de moyens plus efficaces pour collecter rapidement et à moindre coût des données sur la santé - des applications comme Clue pourraient-elles être une solution ?  Les enquêtes ont été envoyées via l'application Clue ainsi que par d'autres méthodes d'enquête conventionnelles (y compris les fournisseurs de panels en ligne, les messages SMS et les entretiens en face à face) pour comparer les données de santé dans trois pays (l'Inde, l'Afrique du Sud et les États-Unis). Des données ont été recueillies sur les caractéristiques démographiques, les préférences en matière de contraception et les attitudes à l'égard de la menstruation. L'étude a montré qu'avec une base d'utilisateurs suffisamment large, les enquêtes distribuées par application permettaient d'obtenir rapidement et à moindre coût de larges échantillons, au même titre que d'autres méthodes. Chaque méthode présentait des biais d'échantillonnage différents, mais la compréhension de ces biais permet d'élaborer des stratégies pour les atténuer. Notamment, par rapport aux participantes à d'autres méthodes, les utilisatrices de l'application étaient plus à l'aise pour parler de leurs règles avec d'autres personnes, ce qui suggère qu'elles sont plus susceptibles de répondre honnêtement à des questions sur des sujets de santé sensibles ou tabous. Ce travail donne un aperçu de certains des points forts et des limites de l'utilisation d'applications telles que Clue dans la recherche, ce qui peut aider à déterminer quand elles peuvent être un outil approprié pour le travail. Avec l'élargissement de l'accès et de l'utilisation des applications de santé au niveau mondial, il existe une opportunité précieuse d'utiliser ces outils pour améliorer la recherche sur la santé reproductive. 

En savoir plus (anglais)

________

RECHERCHE DE CLUE SUR LA FERTILITÉ

Les schémas d'activité sexuelle ou de fécondité déterminent-ils la saisonnalité des naissances ?

Institution : Université de Stanford

Chercheurs principaux : Laura Symul PhD et Susan Holmes PhD

Pourquoi y a-t-il plus de naissances à certaines périodes de l'année ? La compréhension de la saisonnalité des naissances a des implications plus larges pour la planification de la fertilité, la mortalité infantile et maternelle et les systèmes de santé. Il a toujours été difficile de déterminer si ces changements résultent de la variabilité du moment où les gens ont des rapports sexuels ou du moment où ils sont le plus fertiles (ou d'autres facteurs) en l'absence de données à grande échelle sur l'activité sexuelle. Cette étude a analysé les registres de naissance ainsi que les données sur l'activité sexuelle d'un demi-million d'utilisateurs de Clue de l'hémisphère nord (Royaume-Uni, États-Unis et France) et de l'hémisphère sud (Brésil).

En savoir plus (en anglais)

Dans quelle mesure les applications de suivi des menstruations permettent-elles de prédire une grossesse ?

Institution : Université de Stanford

Chercheurs principaux : Emma Pierson PhD, Jure Leskovec PhD

Cette étude a examiné la faisabilité de l'utilisation de données suivies par l'application, telles que le moment où une personne a des rapports sexuels protégés ou non protégés au cours d'un cycle, pour déterminer la probabilité de tomber enceinte.

En utilisant les données de plus de 65 000 utilisateur·ices de Clue, les chercheurs ont développé des modèles capables d'apprendre que les rapports sexuels non protégés vers le milieu du cycle sont les plus susceptibles d'entraîner une grossesse.

Ce résultat est cohérent avec les conclusions de recherches antérieures sur la fertilité, selon lesquelles les rapports sexuels non protégés pendant la période de fertilité entraînent la plus forte probabilité de grossesse, ce qui illustre le potentiel de construction d'algorithmes capables de fournir des prédictions utiles aux utilisateur·ices de l'application.

En savoir plus (en anglais)

________

RECHERCHE DE CLUE SUR LE SEXE ET LES RELATIONS

Comment les gens utilisent-ils la technologie mobile à des fins sexuelles ?

Institut : Institut Kinsey

Chercheurs principaux : Amanda Gesselman PhD et Virginia J. Vitzthum PhD

À l'aide d'une enquête envoyée via l'application Clue, ce projet a recueilli 130 885 réponses de personnes de 191 pays afin d'évaluer comment les femmes du monde entier interagissent avec la technologie mobile à des fins sexuelles (par exemple pour trouver des partenaires sexuels, s'informer sur la sexualité et améliorer leurs relations sexuelles, et suivre leur propre santé sexuelle), et comment l'inégalité entre les sexes dans le pays de résidence peut influer sur l'utilisation de cette technologie. La principale utilisation des sex-tech consiste à rester en contact avec son partenaire lorsqu'on est séparé, et l'auto-éducation est particulièrement importante dans les pays où l'égalité des sexes est faible. Ces résultats peuvent servir de base à des études ciblées à grande échelle, à des interventions et à l'éducation sexuelle afin d'améliorer la vie des personnes atteintes de cycles dans le monde entier.

En savoir plus (anglais)

Que recherchent les gens dans un partenaire romantique idéal ?

Institut : Université de Göttingen 

Chercheurs principaux : Tanja M. Gerlach PhD, Laura J. Botzet PhD, et Virginia J. Vitzthum PhD

Ce que les gens attendent d'un partenaire romantique fascine depuis longtemps les chercheurs (et la population en général). Pour répondre à cette question, des enquêtes ont été envoyées par l'intermédiaire de Clue et de myOne (un fabricant de préservatifs). Elles ont permis de recueillir les réponses de plus de 64 000 personnes originaires de 180 pays. À partir de ces réponses, l'équipe de recherche vise à mieux comprendre ce que les gens recherchent chez des partenaires potentiels à long et à court terme et comment ces préférences évoluent en fonction de facteurs tels que l'âge. 

En savoir plus (en anglais)

________

Cet article a été initialement publié le 24 février 2020, une deuxième édition a été publiée le 21 juillet 2022 et une troisième édition a été publiée le 31 mai 2024.

une illustration de la fleur de Clue
une illustration de la fleur de Clue

Vivez en symbiose avec votre cycle en téléchargeant l'app Clue maintenant.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Lecture en rapport

une illustration de la fleur de Clue
une illustration de la fleur de Clue

Vivez en symbiose avec votre cycle en téléchargeant l'app Clue maintenant.