Une illustration d'une femme assise sur une horloge.

Illustration: Marta Pucci

Ménopause et Périménopause

Tout sur la ménopause et la périménopause

Quels sont les différents changements qui surviennent dans le cycle, quand et pourquoi ?

par Anna Druet, Ancienne cheffe de Science et Éducation; et Maegan Boutot, Ex rédactrice scientifique chez Clue Revu par Nicole Telfer, Ex Rédactrice Science
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur WhatsApp

*Traduction: Alexandra Simon

Les principales choses à savoir :

  • La ménopause signe la fin des cycles menstruels. L'âge moyen de la ménopause est de 51 ans dans les pays occidentaux, bien que certaines facteurs tels que l'origine ethnique, le comportement et l'environnement puissent influencer ce moment.

  • La périménopause est la période de transition précédant la ménopause. Les premiers changements au niveau du cycle menstruel apparaissent en moyenne quatre ans avant la ménopause, même si ce n'est pas le cas pour tout le monde.

  • Il est possible d'atténuer les effets désagréables de la ménopause en modifiant son mode de vie, en prenant des médicaments ou des suppléments.

Qu'est-ce que la ménopause ?

La ménopause correspond à la fin des cycles menstruels et signifie donc qu'une grossesse n'est plus possible. Le mot "ménopause" vient de la racine grecque men qui signifie "mois", et pausis qui signifie "arrêt" ou "cessation".

La ménopause est une expérience unique : l'être humain est l'une des quatre espèces de la planète à en faire l'expérience (1). Pour certaines personnes, c'est à la fois une fin et un renouveau. Elle peut entraîner beaucoup de bouleversements, mais pour certaines personnes, ce n'est pas vraiment un changement.

La ménopause est une étape naturelle de la vie, mais elle peut également être déclenchée par une intervention chirurgicale ou un traitement médicamenteux. En principe, elle débute après la fin de vos dernières règles, mais elle sera diagnostiquée par votre professionne·le de santé après une absence de règles de 12 mois (2).

une image de 3 écrans mobiles de l'app Clue

Téléchargez Clue pour suivre la régularité de vos règles.

  • Télécharger l'app Clue sur l'App Store
  • Télécharger l'app Clue sur Play Store

4.8

Illustration d'une évaluation de cinq étoiles

2M+ évaluations

Qu'est-ce que la périménopause ?

La périménopause est la période de transition que connaît le corps jusqu'à la ménopause (peri vient du mot grec signifiant "autour"). Vous n'avez peut-être jamais entendu de ce terme auparavant, car les gens confondent souvent la périménopause (la période de transition) et la ménopause (la période qui suit vos dernières règles).

La périménopause peut durer de quelques mois à 8 ans. En moyenne, elle dure environ 4-5 ans (3-6). Au cours de la périménopause, les taux d'hormones subissent des fluctuations,avant de diminuer, ce qui provoque de nouveaux symptômes, sensations ou changements. La période de la périménopause est vécue de manière très différente selon les personnes et les cultures.

Pourquoi est-il important de bien comprendre la ménopause et la périménopause Chaque femme et personne ayant un cycle vivra ces étapes de la vie. Il s'agit d'un phénomène naturel du vieillissement. Malgré cela, ces étapes sont souvent mal représentées tant dans la culture que dans la recherche.

Connaître les différents changements possibles peut vous aider à repérer la période de transition qui s'opère en vous. De plus, comme il est toujours possible de souffrir de troubles de la fertilité comme le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) ou l'endométriose pendant cette période, il est important de pouvoir dissocier les signes caractéristiques de la périménopause et les symptômes qui peuvent être les indicateurs d'un autre problème.

Quand apparaissent les premiers signes de la périménopause ? Quel est l'âge moyen de la ménopause ?

Le moment exact du début de la périménopause - la période de transition qui précède la ménopause - est difficile à déterminer. Une étude ayant suivi des femmes dans leur période de transition vers la ménopause a révélé que les irrégularités du cycle menstruel apparaissaient en moyenne vers 47 ou 48 ans. Mais elle peut commencer bien plus tôt ou bien plus tard. Dans cette même étude, parmi celles qui avaient encore leurs règles à 45 ans, environ 1 sur 3 a signalé une irrégularité de leurs cycles menstruels. À l'âge de 52 ans, près d'une personne sur dix a déclaré avoir encore ses règles normalement (3). Il existe d'autres changements et symptômes périménopausiques qui peuvent être ressentis avant le début de l'irrégularité menstruelle, ce qui pourrait aider à identifier le début de la périménopause, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires.

La ménopause, c'est-à-dire l'arrêt total des règles, survient en moyenne à 51 ans, soit entre 45 et 55 ans (3,5,7,8). Environ 4 femmes sur 10 seront ménopausées à l'âge de 50 ans, tandis que 9 sur 10 le seront à l'âge de 55 ans (3).

La ménopause est considérée comme "précoce" lorsqu'elle survient avant 45 ans et "prématurée" lorsqu'elle survient avant 40 ans. La ménopause prématurée est aussi parfois appelée insuffisance ovarienne primitive ou prématurée (IOP). 1 personne sur 100 est confrontée à une ménopause prématurée pour des raisons non chirurgicales ou liées à un traitement de chimiothérapie (8-10).

La ménopause précoce peut être causée ou influencée par le tabagisme, certains médicaments, une chimiothérapie et éventuellement une résistance à l'insuline ou un diabète de type 2 (10,11).

Les personnes ayant subi une ovariectomie (ablation des ovaires) seront immédiatement ménopausées. Parfois, les personnes qui ont subi une hystérectomie (ablation de l'utérus) connaissent également une ménopause précoce, même si leurs ovaires n'ont pas été retirés (9,11). Les personnes dont la ménopause a été déclenchée par une intervention chirurgicale, un traitement médicamenteux ne traversent généralement pas la périménopause, car il y a un arrêt brutal de leur fonction reproductive. Mais les personnes ayant une ménopause induite peuvent encore ressentir les symptômes de la ménopause.

Combien de temps dure la ménopause ? (Ou plutôt, combien de temps dure la périménopause ?)

Vous vous demandez peut-être : combien de temps dure la ménopause ? La périménopause est la période de transition et la ménopause est la période qui suit les toutes dernières règles.

Les irrégularités du cycle menstruel associées à la périménopause durent en moyenne 4 ans, depuis le début de l'irrégularité jusqu'aux dernières règles. Mais elle peut durer de quelques mois à 8 ans environ (3-6). Près d'une personne sur dix pourrait connaître une transition plus brutale, marquée par une irrégularité menstruelle de quelques mois seulement. Ces personnes ont également tendance à signaler moins de symptômes du type bouffées de chaleur (3).

Qu'est-ce qui peut influencer l'âge de la ménopause ?

  • Le tabagisme : oui.

  • La contraception hormonale : peut-être.

  • Les facteurs héréditaires, environnementaux et le mode de vie influent sur le vécu de la périménopause et le moment où elle survient, tout comme la ménopause. Les personnes qui sont ménopausées tardivement ont tendance à avoir une période de transition plus courte (10). Celles qui fument ont tendance à être légèrement plus jeunes au moment de la périménopause et à avoir une période de transition plus courte. Elles sont ménopausées un an plus tôt en moyenne. Il existe probablement d'autres différences dues à l'origine ethnique et/ou à des facteurs environnementaux et comportementaux connexes, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires sur ce sujet (12).

  • La grossesse ou la prise de contraceptifs oraux (CO) peuvent retarder la ménopause. Les études sur le sujet sont mitigées. Certaines ont trouvé une association et la raison biologique pour laquelle ce serait le cas (si cela est vrai) n'est pas totalement comprise (5,10,13). Bien que le fait d'être enceinte et d'utiliser des CO supprime l'ovulation, ces derniers ne suppriment pas le processus de développement des ovocytes précédant le moment de l'ovulation, de sorte que la raison pour laquelle l'utilisation de CO aurait un impact sur le moment de la ménopause n'est toujours pas claire.

Symptômes et signes de la ménopause : changements physiques et émotionnels de la périménopause

La périménopause est un véritable bouleversement pour tout le corps. Elle influence tout ce qui est associé aux œstrogènes et à la progestérone dans votre corps, ainsi que d'autres hormones et protéines. La plupart de ces changements et symptômes disparaissent une fois la ménopause survenue, mais certains peuvent durer plus longtemps. Dans certains cas, ces symptômes peuvent être ressentis bien avant que les changements ne se manifestent dans le cycle menstruel, mais peu de recherches ont été menées à ce sujet jusqu'à présent.

Les changements survenant pendant la périménopause et après la ménopause sont dus à la diminution du nombre d'ovocytes dans les ovaires. Le cycle menstruel dépend en partie du développement des ovocytes. Ce processus a notamment un impact sur les taux d'œstrogènes et de progestérone. Une fois que le nombre d'ovocytes dans les ovaires diminue et qu'il n'est plus possible de maintenir des niveaux d'hormones reproductives suffisants, des changements commencent à se produire.

Il peut être difficile de savoir quand l'ovulation aura lieu pendant la périménopause. Utilisez donc un moyen de contraception fiable si vous avez des rapports sexuels. Il est plus difficile de tomber enceinte pendant cette période, mais c'est toujours possible.

Pour avoir une idée du moment où vous entrez en périménopause, surveillez les changements dans votre cycle menstruel et soyez attentive·f aux autres symptômes que vous pourriez ressentir.

Les changements et les symptômes courants de la périménopause sont les suivants :

  • Bouffées de chaleur

  • Transpiration

  • Troubles du sommeil

  • Changements d'humeur et anxiété

  • Migraines

  • Pertes de mémoire fréquentes

  • Troubles du désir sexuel

  • Sécheresse et irritation vaginales

  • Baisse de la fertilité/infécondité

  • Augmentation de la graisse abdominale (14-19)

Les changements physiques à surveiller sur le long terme sont : la perte de densité osseuse, la sécheresse vaginale, les changements au niveau de la fonction urinaire et la fonction sexuelle (14,20,21).

Heureusement, la fin des cycles menstruels signifie également la fin des symptômes négatifs que vous avez pu connaître pendant votre cycle, comme les crampes, ainsi que le risque de grossesse non désirée.

Les modifications du cycle menstruel avant et pendant la périménopause

1. Vous remarquerez d'abord que vos règles arrivent un peu plus tôt à chaque cycle (c'est-à-dire des cycles menstruels plus courts) et qu'elles sont plus abondantes.

À l'approche de la périménopause, vos taux d'hormones commencent à changer. Cela se produit avant que vos cycles ne deviennent aléatoires. Dans certains, l'un des premiers signes de la périménopause est que les règles arrivent un peu plus tôt, c'est-à-dire que le cycle menstruel se raccourcit d'environ 2 à 4 jours. Cela est dû à un raccourcissement de la phase folliculaire (la première partie du cycle menstruel) car l'ovulation se produit plus tôt (19,22-25).

(Remarque : les cycles peuvent aussi être plus courts pour d'autres raisons. Ne pensez pas que vous êtes en début de ménopause si votre cycle se raccourcit légèrement à la trentaine. La durée moyenne du cycle diminue avec l'âge, passant d'environ 29 jours pour les personnes de 20 ans à 26 jours pour celles de 40 ans (26,27). Les cycles sont également plus courts si la phase lutéale est raccourcie, ce qui peut être dû à un autre facteur entraînant une diminution de la production de progestérone par les ovaires après l'ovulation (28).)

Pendant la périménopause, la production d'œstrogènes diminue. Mais avant la périménopause, les taux d'œstrogènes ont tendance à être plus haut pendant un certain temps, et les taux de progestérone à être plus bas (19,29). C'est ce qui écourte la phase folliculaire et peut également entraîner d'autres changements, symptômes ou sensations. Vous pourriez remarquez que vos règles sont plus abondantes pendant cette période. Une baisse de la progestérone - avec ou sans augmentation des œstrogènes - peut également entraîner des règles plus abondantes, ce qui est plus fréquent au début de la périménopause (19).

2. Plus tard, il se peut que vous ayez des cycles irréguliers et des saignements différents.

À mesure que le nombre de follicules dans les ovaires diminue, l'ovulation devient moins fréquente et les taux d'hormones commencent à fluctuer de plus en plus. Les cycles menstruels peuvent devenir plus longs, puis progressivement plus variables - plus longs et plus courts, avec des menstruations plus abondantes, plus légères et beaucoup moins prévisibles (19,23,30,31).

L'abondance de vos règles varie également. Les cycles dépourvus d'ovulation présentent parfois des règles plus légères, tandis que les règles qui surviennent après un cycle long peuvent durer plus longtemps (32). Sur les 10 derniers cycles qui précède la ménopause, 6 en moyenne sont plus longs et anovulatoires (l'ovulation ne se produit pas) (33). Dans les 1 à 2 ans précédant la ménopause, il est courant d'avoir un intervalle de 5 semaines entre chaque cycle (31,33).

3. Plus de règles, point.

L'ovulation devenant rare, vos règles peuvent disparaître pendant plusieurs mois, puis revenir (6). Cette phase dure entre 1 et 3 ans dans la plupart des cas, mais là encore, chaque personne est différente (6). Enfin, la ménopause arrive et les cycles s'arrêtent tout comme les règles.

1 personne sur 10 connaîtra un arrêt brutal des règles avec une irrégularité beaucoup moins longue (3).

une image de 3 écrans mobiles de l'app Clue

Téléchargez Clue pour suivre les changements de votre corps pendant votre cycle.

  • Télécharger l'app Clue sur l'App Store
  • Télécharger l'app Clue sur Play Store

4.8

Illustration d'une évaluation de cinq étoiles

2M+ évaluations

Traitements de la ménopause : comment gérer les symptômes de la ménopause et de la périménopause ?

Vous avez peut-être fait des recherches sur les traitements de la ménopause. Petit rappel : la périménopause est la période de transition avant la ménopause. Il s'agit d'une fonction normale de l'organisme, mais certains des changements qu'elle provoque peuvent être source d'inconfort, voire de souffrance.

Si vous éprouvez des symptômes qui nuisent à votre qualité de vie, comme des bouffées de chaleur, une sécheresse vaginale, des changements d'humeur ou des difficultés à dormir, vous devriez consulter un·e professionnel·le de la santé ou une personne spécialisée dans la périménopause.

Modifier son mode de vie pour soulager les symptômes de la ménopause

Il existe quelques changements simples que vous pouvez apporter à votre mode de vie et qui pourront vous aider à faire face aux symptômes de la ménopause.

Certains régimes alimentaires peuvent être utiles (voir ci-dessous et dans la section sur les compléments alimentaires), mais il n'existe pas de "régime ménopause" connu permettant de soulager avec certitude les symptômes de la ménopause. De plus amples recherches seraient nécessaires pour comprendre quels changements de style de vie pourraient constituer des traitements utiles contre les symptômes de la ménopause.

Voici quelques conseils qui pourraient vous être utiles :

Préparez-vous aux bouffées de chaleur

Porter plusieurs couches de vêtements et avoir de l'eau et des boissons fraîches à portée de main peut aider à gérer les bouffées de chaleur (21).

Buvez avec modération

Boire moins d'un verre par jour ne diminue probablement pas la fréquence des bouffées de chaleur, mais les effets liés à une consommation excessive d'alcool ne sont pas évidents et peuvent aggraver les symptômes - à vous de voir ce qui est bon pour vous (34).

Exercice

L'exercice physique s'est avéré bénéfique pour le bien-être général pendant la périménopause. Des études ont également montré que la pratique d'une activité physique, en particulier les exercices d'aérobie, pouvait atténuer les bouffées de chaleur, même si les effets sont minimes (35). Une étude récente portant spécifiquement sur l'entraînement de résistance (c'est-à-dire soulever des poids) a également montré une diminution de la fréquence des bouffées de chaleur (36).

Arrêter de fumer

Le tabagisme est associé à une augmentation des bouffées de chaleur et des sueurs nocturnes (34).

Maintenir un poids de forme

Cela pourrait aider à prévenir les bouffées de chaleur et les sueurs nocturnes, car les personnes ayant une masse corporelle plus importante ont tendance à avoir des symptômes plus fréquents (34).

Investissez dans un lubrifiant et une crème hydratante vaginale

Ceux-ci pourront vous être utiles pour soulager la sécheresse vaginale et les douleurs pendant les rapports sexuels (37,38).

Traitement hormonal substitutif (THS) contre les symptômes de la ménopause

Un traitement hormonal substitutif (THS), également appelé hormonothérapie, est parfois prescrit pendant ou après la transition ménopausique pour aider à soulager certains symptômes, comme les bouffées de chaleur, les sueurs nocturnes ou la sécheresse vaginale. Un THS consiste à prendre des formes synthétiques ou "bioidentiques" d'œstrogènes et parfois de progestérone synthétique. Un THS "systémique" agit sur l'ensemble du corps et peut être pris sous forme de comprimés, patchs, gels, crèmes et sprays. Pour les personnes qui ne présentent que des symptômes vaginaux, un THS "local" administré à l'intérieur du vagin sous forme de crème, d'anneau ou de comprimé peut être donné (21,39).

De plus, les données suggèrent qu'un THS systémique réduirait le risque d'ostéoporose, de maladies coronariennes et de mortalité générale chez les personnes qui le prennent autour de la ménopause, en particulier chez celles qui ont subi une hystérectomie et utilisent un THS à base d'œstrogènes uniquement. Mais des informations complémentaires sont nécessaires (39).

Un THS systémique comporte également des risques, notamment un risque accru de développer un cancer du sein, de faire un accident vasculaire cérébral ou de formations de caillots sanguins (39-41). Les risques varient selon que la forme de THS utilisée contient ou non un progestatif (39). De plus, le risque d'effets néfastes augmente si l'on commence à le prendre après la ménopause, notamment 10 ans ou plus après le début de la ménopause (39,40). La Federal Drug Administration (FDA) des États-Unis recommande actuellement aux personnes qui choisissent de prendre un THS de le faire "à la dose la plus faible possible et pendant la durée la plus courte possible" (41).

Pendant la périménopause, il se peut que l'on vous propose la prise de contraceptifs hormonaux pour aider à gérer les saignements irréguliers et certains autres symptômes. Les contraceptifs hormonaux peuvent également permettre de prévenir une grossesse non désirée, ce qui est encore une fois toujours possible pendant la périménopause.

Médicaments non hormonaux pour les symptômes de la ménopause

Certains médicaments utilisés principalement pour traiter la dépression, l'hypertension artérielle et les convulsions - ISRS, ISRSN, clonodine et gabapentine - se sont avérés également efficaces pour réduire les bouffées de chaleur, bien qu'ils puissent être moins efficaces qu'un THS (21).

Il existe également une catégorie de médicaments appelés modulateurs sélectifs des récepteurs d'œstrogènes (SERM) non hormonaux mais qui ont des effets similaires à ceux des œstrogènes sur certaines parties du corps. L'Ospemifene est approuvé pour traiter les rapports sexuels douloureux liés à la sécheresse vaginale (21,42).

De même, un médicament combiné contenant des œstrogènes et un SERM, appelé Duavee, est utilisé pour traiter les bouffées de chaleur et prévenir l'ostéoporose (fragilisation des os dû une faible densité osseuse) (43).

Ces médicaments comportent des effets secondaires indésirables. Il est donc important de discuter avec votre professionnel·le de la santé des avantages et des risques.

Traitements et compléments alternatifs et "naturels" pour lutter contre les symptômes de la ménopause

Il n'existe aucun consensus scientifique sur les avantages ou les risques d'un traitement complémentaire ou alternatif contre les symptômes de la ménopause. De nombreux essais de petite envergure pourraient montrer des avantages isolés, mais lorsque les données de plusieurs études sont analysées ensemble, il est difficile de tirer des conclusions de ces résultats (44). Cet important domaine de recherche est largement sous-financé, ce qui oblige les personnes à faire leurs propres recherches ou à recourir à d'autres solutions.

Quelques exemples de traitements ont été explorés :

L'acupuncture pour la périménopause et la ménopause

Les traitements d'acupuncture semblent n'avoir que peu ou pas d'effet sur les symptômes de la ménopause, même si pour certaines personnes, ils sont préférables à l'absence totale de traitement.

La pleine conscience du corps pour la périménopause et la ménopause

Les thérapies de pleine conscience, comme les techniques de relaxation et de respiration, peuvent être utiles pour soulager les bouffées de chaleur et ne présentent aucun danger.

Suppléments pour la périménopause et la ménopause

Les plantes et les compléments alimentaires ont des résultats mitigés et peu concluants. L'actée à grappes noires (Actaea racemosa/Cimicifuga racemosa), une plante populaire souvent prescrite pour les symptômes de la ménopause, se révèle être inefficace pour soulager les bouffées de chaleur. Les phytoestrogènes tels que ceux que l'on trouve dans le soja peuvent soulager les bouffées de chaleur et à la sécheresse vaginale, mais ne sont d'aucune aide pour les sueurs nocturnes (44-50). Nous reviendrons sur les approches "naturelles" utilisées actuellement pour traiter les symptômes de la périménopause.

Les compléments alimentaires peuvent également avoir des effets secondaires et interagir avec d'autres médicaments. Parlez-en à votre professionnel·le de santé avant de commencer à prendre des compléments.

Quand dois-je consulter un·e professionnel·le de santé ?

Pendant la périménopause et de la ménopause, adressez-vous à un·e professionnel·le de la santé si :

  • Vous vous inquiétez de l'abondance ou de la durée de vos règles

  • Vous commencez à saigner entre les règles, surtout si vous avez des antécédents de syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), si vous souffrez d'une surcharge pondérale, si vous avez des antécédents familiaux de cancer de l'utérus ou si vous avez suivi une hormonothérapie à base d'œstrogènes ou pris certains médicaments pour prévenir le cancer du sein.

  • Vous avez des pertes ou des saignements après être totalement ménopausé·e Vous avez des saignements pendant un rapport sexuel avec pénétration (2,51,52) Des saignements anormaux pendant la périménopause

  • Bien qu'il soit possible que les saignements varient pendant la périménopause, il est possible que certains d'entre eux soient dus à des modifications anormales de l'endomètre (la muqueuse de l'utérus). Si l'endomètre devient trop épais et irrégulier, il peut évoluer en cancer, mais cela est généralement évitable si on le détecte tôt (2).

Saignements anormaux après la ménopause

Dans certains cas, les saignements peuvent continuer après la ménopause. Il est facile de confondre ce type de saignement avec les symptômes de la périménopause, ce qui peut amener une personne à penser qu'elle n'est pas encore totalement ménopausée alors que c'est le cas.

Tout spotting ou saignement survenant après la ménopause est inhabituel et devrait faire l'objet d'un examen par un·e professionnel·le de la santé (2). Le spotting ou les saignements après la ménopause peuvent être dus à un problème médical tels que des polypes utérins (2). Les polypes utérins sont des excroissances situées sur la paroi interne de l'utérus (l'endomètre) et deviennent plus fréquents avec l'âge (53).

An illustration of a hand pressing a button

Let's support one another.

and champion menstrual health together. Make an impact today in one click.

An illustration of a hand pressing a button

Vous aimeriez peut-être lire aussi

Crampes & Douleurs

Crampes menstruelles : leurs causes et les moyens de les soulager

Voici ce que dit la recherche au sujet des règles douloureuses.

Articles populaires