Votre confidentialité

En utilisant notre site web, vous consentez que Clue utilise des cookies et des services tiers, et recueille vos données d'utilisation sous un identifiant unique à des fins de suivi, d'analyse et d'amélioration de notre site web, ainsi qu'à des fins de personnalisation (par exemple en vous montrant des contenus Clue pertinents).

En savoir plus sur l'utilisation des cookies dans notre Politique de confidentialité.

Illustration: Marta Pucci

Temps de lecture : 5 min

Comment savoir si j'ai une infection sexuellement transmissible (IST) ?

Et que se passe-t-il si les IST ne sont pas traitées ?

Chaque jour, plus d'un million d'infections sexuellement transmissibles (IST) sont contractées dans le monde (1). Même si ces infections sont courantes, les connaissances à leur sujet ne le sont pas forcément. Saviez-vous que la majorité des IST ne présentent pas de symptômes, ou seulement des symptômes légers, et peuvent ne pas être reconnues (2) ? Ou que certaines infections comme le virus de l'herpès simplex de type 2 (qui peut causer l'herpès génital) et la syphilis augmentent le risque de contracter d'autres IST comme le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) (2) ?

Connaître quelques notions de base sur les IST peut changer la façon dont vous prenez vos précautions en matière de sexualité dans votre propre vie.

De quoi parlons-nous lorsque nous parlons d'une infection sexuelle ?

Les IST sont un groupe polyvalent d'infections qui comprend plus de 30 bactéries, virus et parasites différents (2). Les IST se transmettent principalement par contact sexuel (y compris toutes les formes de rapports sexuels), mais certaines de ces infections peuvent également être transmises de manière non sexuelle, par exemple par le sang (comme les transfusions ou les aiguilles partagées), pendant l'accouchement et pendant la grossesse via le placenta.

Pour en savoir plus sur les infections qui peuvent être transmises par les différents types de rapports sexuels, cliquez ici.

Les IST curables les plus courantes sont la syphilis, la gonorrhée, la chlamydia et la trichomonase, qui peuvent toutes être traitées par différents antibiotiques (2). Les quatre IST incurables les plus courantes sont toutes des virus : le VIH, l'hépatite B, le papillomavirus humain (HPV) et l'herpès. Bien qu'il n'existe actuellement aucune thérapie permettant d'éliminer ces pathogènes viraux de l'organisme, certaines stratégies permettent de réduire ou de modifier les symptômes. Si vous avez des questions sur les traitements qui vous conviennent le mieux, parlez-en à un·e professionnel·le de santé.

4.8

Illustration d'une évaluation de cinq étoiles

Suivez-vous votre activité sexuelle dans Clue ?

  • Télécharger l'app Clue sur l'App Store
  • Télécharger l'app Clue sur Play Store
Image par défaut

Comment savoir si l'on est atteint d'une infection sexuelle ?

Les symptômes et l'évolution des IST diffèrent selon le type d'infection, mais les symptômes les plus courants sont les suivants : sécrétions vaginales et urétrales, plaies génitales ou douleurs abdominales (2). Les IST peuvent ne provoquer aucun symptôme (ou seulement des symptômes légers), il est donc important de se faire dépister si vous êtes susceptible d'être infecté (2,3).

Une personne peut être infectée par une IST pendant une longue période sans ressentir aucun symptôme. En l'absence de tests de routine, les infections peuvent ne pas être traitées, entraînant des complications pour la santé et la transmission à de nouveaux partenaires sexuels.

Faire confiance à un partenaire non testé pour vous dire s'il a une IST signifie également faire confiance à tous ses ex-partenaires non testés et à tous les ex-partenaires non testés de leurs ex-partenaires, etc.…

Que se passe-t-il si les infections sexuelles ne sont pas traitées ?

Outre la propagation continue de l'infection à de nouveaux partenaires, les infections non traitées peuvent entraîner des problèmes de santé.

La gonorrhée et la chlamydia, par exemple, sont des causes majeures d'infertilité (1) et peuvent entraîner un risque accru de grossesse extra-utérine (ou ectopique) (4, 5). La syphilis pendant la grossesse augmente le risque de mortinatalité et de décès du nouveau-né (6, 7).

Les IST peuvent également endommager les organes non reproductifs. La syphilis peut endommager les yeux, le cerveau et le système nerveux (7). La chlamydia peut provoquer une inflammation de la paroi du foie et la gonorrhée peut affecter les articulations et la peau (8, 9). Dans certains cas, comme celui du syndrome d'immunodéficience acquise (SIDA), le VIH non traité peut mettre la vie en danger (10). Le HPV peut provoquer le cancer du col de l'utérus, ainsi que des cancers de la vulve, du vagin, du pénis, de l'anus et de la gorge (11).

Que puis-je faire pour me protéger ?

  • Comprenez votre risque d'infection en vous informant sur les principes de base des IST (12).

  • Discutez avec votre partenaire de la manière dont vous vous protégerez mutuellement (13). Prévoyez-vous d’avoir une relation monogame ? Avez-vous tous deux subi un test de dépistage des IST récemment ?

  • Utilisez une méthode de barrière (comme le préservatif) pour réduire le risque d'infection, en particulier avec des partenaires sexuels nouveaux ou non testés (2,13). Les préservatifs externes et internes, les digues dentaires et les gants sont des exemples de barrières. Vous devez en tenir compte lorsque vous touchez les organes génitaux d'un partenaire ou lorsque vous partagez des jouets sexuels.

  • Passez régulièrement des tests de dépistage des IST et refaites-les après avoir eu de nouveaux partenaires sexuels afin de minimiser le risque de laisser une infection non traitée (13).

  • Prenez une PrEP (prophylaxie pré-exposition) si vous présentez un risque accru de contracter le VIH (14). La PrEP est un médicament que vous prenez quotidiennement pour prévenir l'infection par le VIH (15).

  • Vous faire vacciner. Des vaccins sont disponibles pour prévenir l'hépatite B et neuf souches de papillomavirus (12).

  • Soyez toujours préparé·e ! Plusieurs études ont montré que les gens peuvent être quasiment sûrs de ne pas avoir de rapports sexuels sans méthode de barrière, mais changer d'avis sur le moment (16, 17). Il peut être utile d'avoir des méthodes de barrière à portée de main et de bien comprendre comment les utiliser (il faut une pratique légitime). Réduisez au minimum les possibilités de reconsidération dans le feu de l'action.

Pour en savoir plus sur la protection contre les IST, cliquez ici.

Publié à l'origine le 5 avril 2017.

une illustration de la fleur de Clue
une illustration de la fleur de Clue

Téléchargez Clue pour suivre votre vie sexuelle.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Vous aimeriez peut-être lire aussi

Crampes & Douleurs

Crampes menstruelles : leurs causes et les moyens de les soulager

Voici ce que dit la recherche au sujet des règles douloureuses.

Articles populaires

une illustration de la fleur de Clue
une illustration de la fleur de Clue

Vivez en symbiose avec votre cycle en téléchargeant l'app Clue maintenant.