Illustration par Emma Günther

IST

Les bases pour une sexualité plus protégée

Nos conseils pour prévenir les IST

par Jen Bell, et Nicole Telfer Revu par Sarah Toler, DNP, CNM, Aubrey Bryan, et Amelie Eckersley
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur WhatsApp

*Traduction : Sarah Idrissi

Comment puis-je être plus safe dans mes pratiques sexuelles ?

Le Sexe plus safe est un moyen de réduire les risques d'une infection sexuellement transmissible (IST), tout en continuant à avoir des rapports sexuels. Ce n'est pas difficile, mais il est important de garder ces stratégies à l'esprit et d'être prudent·e, même lorsque vous vous laissez emporter par le moment.

Si vous voulez réduire autant que possible vos risques d'attraper ou de transmettre une IST, ces trois composantes du sexe à moindre risque sont essentielles :

  1. L'utilisation correcte et constante (systématiquement, pas seulement de temps en temps) de protections (préservatifs et autres barrières, comme les digues dentaires) sur les parties du corps ou les sex toys pour tout type de rapport sexuel vaginal, anal ou oral

  2. Soyez ouvert·e et communiquez avec votre partenaire sur les personnes avec lesquelles vous avez des rapports sexuels

  3. Un dépistage régulier de toutes les IST, pour vous et votre/vos partenaire(s)

une image de 3 écrans mobiles de l'app Clue

Téléchargez Clue pour suivre votre libido.

  • Télécharger l'app Clue sur l'App Store
  • Télécharger l'app Clue sur Play Store

4.8

Illustration d'une évaluation de cinq étoiles

2M+ évaluations

Comment les Infections sexuellement transmissibles (ISTs) sont-elles transmises ?

Différents types de pratiques sexuelles peuvent vous exposer à différentes IST. Lorsque vous anticipez les différentes rencontres que vous pouvez avoir et la manière dont vous voulez assurer votre sécurité, il est utile de savoir exactement vis-à-vis de quoi faire preuve de prudence.

Le fait est que les IST ne se transmettent pas seulement par le sperme. Elles peuvent également se propager par les fluides vaginaux, les muqueuses directes (votre peau), le sang, la salive et les matières fécales (1). En fin de compte, il est difficile de savoir exactement quel acte sexuel est responsable de la transmission d'une maladie, car les gens ont souvent plus d'un type de pratique sexuelle (comme le fait d'avoir à la fois un rapport oral et une pénétration pénis-vagin au cours du même rapport.) Dans cette optique, il est préférable de pratiquer le safe sexe quoi qu'il arrive. Voici une liste qui peut vous aider à déterminer les IST que vous pourriez contracter au cours de différents actes sexuels (2, 3) :

  • S'embrasser : herpès buccal (HSV-1)

  • Sexe oral : Chlamydia, gonorrhée, HPV, herpès (HSV-1 et HSV-2), syphilis, VIH, trichomonase, giardiase, shigellose, salmonelle, campylobacter et E. coli (4)

  • Doigter et fister (anal et vaginal) : VIH, hépatite B et C

  • Pénétration pénis vagin : VIH, gonorrhée, chlamydia, herpès, HPV, syphilis, chancre, hépatites B et C, trichomonase, verrues génitales

  • Sexe anal : VIH, hépatite B et C, VPH, syphilis, gonorrhée, chlamydia, herpès, verrues génitales

  • Sex toys : Peu de recherches ont été consacrées à la transmission des IST par les jouets sexuels. Il est possible que des IST soient transmises par les fluides génitaux présents sur le jouet sexuel.

  • Rapports sexuels de vulve à vulve (ciseaux) : HPV, HSV-1, HSV-2, syphilis, chancre, chlamydia, gonorrhée, verrues génitales, VIH

Comment éviter les les Infections sexuellement transmissibles (ISTs)

Comme nous l'avons dit plus haut, le simple fait d'avoir des rapports sexuels représente un risque d'IST.

Cela peut paraître un peu pessimiste, mais il existe de nombreuses façons d’avoir une vie sexuelle et de rester safe ! La masturbation en solo, le dry-humping (frottement des parties génitales en restant habillé), le sexy talk (ou paroles excitantes), le massage (sans toucher les parties génitales) et les câlins sont quelques-unes des activités que vous pouvez pratiquer et qui ne transmettent pas d'IST.

Et si vous décidez d'avoir une relation sexuelle, il y a plusieurs choses que vous pouvez faire pour réduire les risques.

1. Vous faire vacciner

Le papillomavirus humain (HPV), l'IST la plus courante aux États-Unis, peut avoir des conséquences à long terme, comme la formation de verrues génitales et de cancers du col de l'utérus, du pénis et de la gorge (5, 6). Mais le vaccin contre le VPH peut protéger contre le virus du VPH. Les vaccinations de routine sont proposées aux enfants vers l'âge de 11 et 12 ans, et des rappels sont disponibles pour les personnes jusqu'à 26 ans, ou certains adultes de 27 à 45 ans qui ne sont pas suffisamment vacciné·e·s (7). Si vous avez déjà eu des rapports sexuels, ne vous inquiétez pas ! Vous pouvez toujours vous faire vacciner (7).

2. Utilisez des méthodes barrières

Les méthodes de barrière comme les préservatifs externes, internes, les gants ou les digues dentaires sont des moyens de protection pendant tout type de rapport.

Ils font ce que leur nom suggère : ils créent une barrière entre vos organes génitaux/bouche/anus et les organes génitaux/bouche/anus de votre partenaire. Gardez à l'esprit que ces types de barrières réduisent le risque de transmission des IST lors des rapports sexuels, mais qu'elles ne l'éliminent pas totalement. La meilleure façon de se protéger est d'utiliser systématiquement et correctement une méthode barrière lors de chaque relation sexuelle (2).

Les préservatifs externes (masculins) sont une méthode barrière bon marché, aisément trouvable (dans de nombreux pays) et facile à utiliser si vous avez des rapports sexuels vaginaux/buccaux/anaux avec une personne ayant un pénis. Si vous avez des rapports sexuels avec un·e partenaire et que vous utilisez des sex toys (comme des vibromasseurs, des godes ou des plugs anaux), un préservatif externe doit également être utilisé sur le jouet sexuel afin de prévenir la transmission des IST entre les partenaires (2).

Les préservatifs externes en latex sont les méthodes les plus recherchées et les plus accessibles pour prévenir les IST. Si vous ou votre partenaire êtes allergique au latex, des alternatives acceptables sont facilement disponibles, bien que certaines données suggèrent que les préservatifs sans latex peuvent se rompre plus facilement (8, 9).

En ce qui concerne l'efficacité des préservatifs, le VIH est l'IST la plus étudiée. Les recherches suggèrent que les préservatifs empêchent la transmission du VIH lors des rapports sexuels entre le pénis et le vagin dans 70 à 95 % des cas (10-13). Bien que moins étudiée, l'utilisation systématique et correcte du préservatif est également efficace pour réduire la transmission d'autres IST qui se propagent par les sécrétions génitales, comme la chlamydia, la gonorrhée et la trichomonase (2). Les IST qui se transmettent par contact direct de peau à peau, comme l'herpès génital ou les maladies ulcéreuses génitales, peuvent ne pas offrir autant de protection que le préservatif, car si la peau infectée est exposée, alors le préservatif ne peut offrir qu'une protection limitée (2).

Pour vous protéger lors d'un rapport sexuel oral, utilisez une digue ou un préservatif coupé dans le sens de la longueur pour couvrir la vulve et/ou l'anus. Lors des rapports sexuels oraux sur la vulve (cunnilingus) ou l'anus (anilingus), des infections - dont le VIH, la syphilis, l'herpès, la gonorrhée, le VPH, la trichomonase et la chlamydia - peuvent être transmises de la bouche aux organes génitaux, ou vice versa (14).

Pour éviter la transmission des IST lors des attouchements, vous pouvez utiliser des gants en latex ou en nitrile.

Si vous touchez les parties génitales de votre partenaire, ou s'iel touche les vôtres, il y a un risque de transmission de certaines IST (comme le VPH, les verrues génitales, la chlamydia, le virus de l'herpès simplex (VHS) 1 et/ou 2, la syphilis). Les risques d'infection augmentent lorsque plusieurs doigts ou une main entière se trouvent à l'intérieur du vagin ou de l'anus (parfois appelé fisting), car cela peut provoquer de petites déchirures ou un traumatisme, ce qui peut augmenter la transmission des IST (14).

3. Faites-vous dépister pour les ISTs

Qu'il s'agisse d'une relation occasionnelle ou sérieuse, il est important de discuter de vos antécédents en matière de santé sexuelle avec votre partenaire, et de lui demander les siens.

Cela vous donne à tous·tes les deux la possibilité de prendre une décision éclairée sur les types de rapports sexuels que vous souhaitez avoir et sur les précautions à prendre pour être safe.

Cette conversation peut sembler gênante au début, mais vous vous y ferez avec le temps. De plus, sa réaction à ce sujet ce sujet vous aidera à mieux connaître votre partenaire. S’iel est vraiment contre le fait de passer un test de dépistage et de parler de sexualité safe, cela pourrait affecter votre décision d'avoir des relations sexuelles. Iel peut aussi être tout à fait ouvert·e et ravi·e que vous ayez engagé une conversation honnête ! Lorsqu'il s'agit d'avoir des rapports sexuels protégés, il est important de veiller à sa santé et à son bien-être.

Une sexualité plus protégée est la meilleure option si vous souhaitez avoir des rapports sexuels tout en étant protégé·e contre les ISTs, mais c'est à chacun·e d'entre nous de décider ce que nous voulons, et quel niveau de risque nous et nos partenaires sommes prêt·e·s à accepter.

Faites le suivi de votre vie sexuelle dans Clue.

Articles populaires