Une illustration d'un profil avec des types de contrôle des naissances illustrés à l'arrière de la tête

Illustration: Marta Pucci et Emma Günther

SPM & TDPM

Est-ce que la contraception soulage ou aggrave les symptômes du SPM et TDPM ?

*Traduction: Alexandra Simon

Les principales choses à savoir :

  • On suppose que les troubles de l'humeur (irritabilité, sautes d'humeur, anxiété) chez les personnes souffrant de SPM et de TDPM (trouble dysphorique prémenstruel) seraient dus aux changements hormonaux

  • Certaines personnes trouvent que la contraception hormonale améliore leur humeur, alors que d'autres trouvent au contraire qu'elle l'aggrave

  • La pilule Yaz est la seule contraception hormonale approuvée par la FDA pour prévenir la grossesse, mais également pour traiter le SPM et le TDPM

La différence entre le SPM et le trouble dysphorique prémenstruel

Dans le cas du SPM et du TDPM (trouble dysphorique prémenstruel), les personnes présentent des symptômes physiques et/ou des troubles de l'humeur au cours de la phase lutéale (prémenstruelle) du cycle menstruel, c'est-à-dire les quelques jours précédant le début des règles (1). Les symptômes disparaissent quand les règles commencent. Les personnes souffrant de SPM ont des symptômes moins nombreux et plus légers, tandis que celles souffrant de TDPM ont des symptômes plus sévères ayant un réel impact sur leurs activités quotidiennes. On pense que les troubles de l'humeur - tels que l'irritabilité, les sautes d'humeur ou l'anxiété - sont dus aux changements des niveaux d'hormones lors de la phase lutéale du cycle menstruel, c'est-à-dire la période qui suit l'ovulation et qui précède le début des règles (2).

une image de 3 écrans mobiles de l'app Clue

Téléchargez Clue pour suivre votre contraception

  • Télécharger l'app Clue sur l'App Store
  • Télécharger l'app Clue sur Play Store

4.8

Illustration d'une évaluation de cinq étoiles

2M+ évaluations

Les fluctuations hormonales peuvent affecter l'humeur

Les personnes chez qui on a diagnostiqué un SPM ou un TDPM semblent être particulièrement sensibles aux fluctuations des taux d'hormones comme la progestérone et les œstrogènes qui sont produites par les ovaires et sont également présentes sous forme synthétique dans les contraceptifs hormonaux (2,3).

Ces hormones ovariennes sont appelées "stéroïdes neuroactifs" car elles agissent sur le cerveau et peuvent donc affecter l'humeur (4,5).

Pas d'ovulation = pas de troubles de l'humeur liés au cycle

Les personnes atteintes de TDPM présentent des troubles de l'humeur pendant les cycles menstruels ordinaires, mais pendant un cycle anovulatoire (lorsque l'ovulation ne se produit pas), les niveaux d'hormones ne fluctuent pas et les symptômes du TDPM disparaissent (3).

La plupart des contraceptifs hormonaux empêchent l'ovulation

En théorie, ils pourraient donc améliorer les symptômes du SPM/DPM en empêchant les changements hormonaux liés à l'ovulation.

Les comprimés placebo provoquent une chute brutale des hormones, ce qui peut entraîner des sautes d'humeur

La majorité des pilules sont prises avec un intervalle sans hormones (une semaine environ de "comprimés placebo"). Cela provoque une chute brutale des hormones entre la semaine où la pilule est active et celle où elle est placebo. Les personnes sensibles aux fluctuations hormonales brutales peuvent ressentir des symptômes plus importants pendant la semaine "placebo".

La contraception hormonale peut avoir un impact sur l'humeur

Certaines personnes affirment que la contraception hormonale soulage leurs symptômes, tandis que d'autres rapportent le contraire (6). Il arrive même que les effets secondaires associés à l'humeur soient évoqués comme une raison justifiant l'arrêt de la contraception (7,8).

Dans une étude, 16,3 % des femmes ont déclaré que la pilule contraceptive aggravait leur humeur prémenstruelle, contre 12,3 % des femmes qui ont déclaré que la pilule l'améliorait (9).

En 2016, une étude a fait parler d'elle en affirmant que l'utilisation de la contraception hormonale était associée à la dépression (10). Cette étude, qui s'est appuyée sur des données provenant de dossiers médicaux de patientes, a révélé que les femmes qui avaient obtenu des contraceptifs hormonaux sur ordonnance étaient plus nombreuses à se faire prescrire ultérieurement des antidépresseurs ou à être diagnostiquées avec une dépression. Cependant, comme il s'agissait d'une étude corrélationnelle basée sur des données de dossiers médicaux, elle ne permet pas d'établir que la contraception est nécessairement à l'origine de la prise d'antidépresseurs ou du diagnostic de dépression.

Une autre étude portant sur des femmes souffrant de SPM sévère a révélé que les femmes qui utilisaient une contraception hormonale souffraient moins de dépression prémenstruelle sévère, de mauvaise humeur et d'irritabilité, par rapport à celles qui n'utilisaient pas de contraception hormonale (11).

Quelle est la meilleure pilule contraceptive pour les personnes souffrant de SPM ou de TDPM ?

Voici quelles sont les effets des différents types de contraception hormonale sur l'humeur chez les personnes souffrant de SPM ou de TDPM.

Les effets de Yaz sur les personnes souffrant de SPM ou de TDPM

Yaz est la seule pilule contraceptive hormonale approuvée par la FDA pour traiter le TDPM.

Yaz suit un schéma posologique de 24/4, c'est-à-dire qu'il y a 24 comprimés actifs et 4 comprimés "placebo" (sans hormones). Yaz est monophasique, ce qui signifie que le dosage hormonale reste le même pendant les 24 jours de prise des comprimés actifs.

Voici ce que dit la recherche sur Yaz et l'humeur :

  • Yaz est plus efficace qu'un placebo pour soulager les troubles de l'humeur liés au TDPM (12).

  • Chez les femmes souffrant de TDPM, Yaz a réduit les émotions négatives prémenstruelles et les fringales (13, 14).

  • Yaz a amélioré les symptômes prémenstruels ayant un impact négatif sur le travail, les relations et les activités sociales chez les femmes souffrant de TDPM, contrairement au placebo (15).

  • Une synthèse des études portant sur Yaz a révélé que, même si cette pilule réduisait les symptômes prémenstruels chez les femmes souffrant de TDPM, un grand nombre d'elles ayant pris une pilule placebo avaient également signalé une amélioration de leurs symptômes (16).

Parmi toutes les méthodes de contraception hormonale, Yaz est celle qui a fait preuve de la plus grande efficacité pour améliorer les symptômes du SPM et du TDPM.

Les effets des pilules monophasiques et triphasiques 21/7 (Ortho-Cept, Nordette, Yasmin, Ocella) chez les personnes souffrant de SPM et de TDPM

De nombreuses pilules monophasiques (les taux d'hormones restent les mêmes tout au long du cycle) sont utilisées selon un schéma 21/7 : 21 jours de comprimés actifs, suivis de 7 jours de comprimés placebo.

Voici ce que dit la recherche au sujet des pilules 21/7 et de l'humeur :

  • Plusieurs études ouvertes (les personnes savaient qu'elles prenaient la pilule Yasmin et non un placebo) ont montré que Yasmin était efficace sur les symptômes mineurs du SPM (17,18).

  • Les femmes qui ont pris Yasmin pendant trois mois ont ressenti une amélioration significative des symptômes du SPM par rapport à la prise de calcium (qui a légèrement amélioré les symptômes) et de comprimés placebo (qui ont très peu amélioré les symptômes) (19).

  • Chez les femmes souffrant d'un TDPM sévère, Yasmin a amélioré considérablement les sautes d'humeur, la colère, l'irritabilité, la sensibilité, les pleurs, l'anxiété et l'humeur dépressive, par rapport à un placebo (20). Parallèlement, 43 % des femmes de cette étude ayant pris une pilule placebo ont également ressenti une amélioration de leurs symptômes. Une étude menée chez des femmes souffrant de SPM a comparé la prise d'une pilule monophasique (Ortho-Cept, Levlen) et d'une pilule triphasique (Trivora). Elle a révélé que l'Ortho-Cept monophasique diminuait significativement les symptômes de stress et d'irritabilité par rapport à Levlen ou Trivora (21).

Parmi les pilules 21/7, la recherche suggère que Yasmin peut améliorer les symptômes du SPM / TDPM.

Les effets des pilules contraceptives à cycle prolongé (Amethyst, Lybrel, Seasonique, LoSeasonique) chez les personnes souffrant de SPM ou de TDPM

Dans le cas des pilules à cycle prolongé comme Amethyst ou Lybrel, les comprimés actifs sont pris quotidiennement avec un intervalle sans hormone (et donc une hémorragie de privation) de 1 à 4 fois par an seulement.

Voici ce que dit la recherche sur les pilules contraceptives à cycle prolongé et l'humeur :

  • Une synthèse de quatre études portant sur la prise en continu de Amethyst/Lybrel pendant trois mois, suggère que les pilules contraceptives à cycle prolongé peuvent réduire les symptômes du TDPM et du SPM (22).

  • Les femmes souffrant de TDPM qui ont pris ce type de pilule pendant quatre cycles (quatre plaquettes de 28 jours, sans intervalle placebo) ont présenté une amélioration de leurs symptômes dépressifs prémenstruels, de leur colère, de leur irritabilité et de leurs symptômes physiques (maux de tête, sensibilité des seins, ballonnements et douleurs articulaires) par rapport aux femmes de la même étude ayant pris un placebo (23).

Bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires, les études existantes suggèrent que les pilules à cycle prolongé peuvent être efficaces pour réduire les symptômes du SPM/TDPM.

Quelles sont les causes de ces changements d'humeur : les hormones de la contraception ou la durée de prise de la pilule placebo ?

Il est difficile de dissocier les effets des différentes hormones par rapport à la durée de prise des comprimés placebo.

Une étude a analysé le rôle de l'intervalle sans hormones dans les changements d'humeur prémenstruels, en maintenant les types et les quantités d'hormones à des niveaux constants tout en faisant varier la durée de cet intervalle (24).

Les chercheur·euse·s ont comparé Yaz, administrée en 21/7 ou en continu (sans pause hormonale), à un placebo. Ils n'ont constaté aucune différence entre les deux.

Cela montre que les effets bénéfiques de la contraception hormonale sur l'humeur en cas de SPM ou de TDPM sont complexes et peuvent varier considérablement d'une personne à l'autre.

Les effets des DIU hormonaux (Mirena) chez les personnes souffrant de SPM ou de TPMD

Les dispositifs intra-utérins (DIU) hormonaux fonctionnent en libérant un progestatif dans l'utérus, empêchant ainsi la fécondation. Cependant, l'ovulation peut toujours se produire.

Très peu d'études ont été réalisées sur l'impact des DIU hormonaux sur les troubles de l'humeur prémenstruelle ; qui plus est, aucune n'a porté spécifiquement sur l'utilisation des DIU hormonaux chez les femmes souffrant de SPM ou de TDPM. Des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Voici ce que dit la recherche sur le DIU Mirena et l'humeur :

  • Des études ont également fait état de femmes ayant abandonné le DIU au lévonorgestrel en raison d'effets secondaires liés à l'humeur (25)

  • La plupart ne semblent pas indiquer de lien entre le DIU au lévonorgestrel et la dépression chez les femmes en bonne santé (26).

  • Dans une étude, les femmes utilisant le DIU au lévonorgestrel se sont révélées plus sensibles physiquement au stress, par rapport à celles prenant la pilule contraceptive ou ne prenant pas de contraception hormonale (27). Cela ne signifie pas que ces personnes ont vécu des situations plus stressantes ou qu'elles ont eu une plus grande exposition au stress. Bien que l'étude ne se soit pas concentrée sur les femmes souffrant de SPM/TDPM, elle suggère que le DIU hormonal peut rendre les femmes plus réactives physiologiquement au stress, à la fois sur le court et le long terme.

Des études contrôlées par placebo sur l'impact des DIU hormonaux sur l'humeur sont nécessaires, notamment chez les femmes souffrant de SPM/TDPM.

Les effets de l'injection contraceptive (Depo-Provera) chez les personnes souffrant de SPM ou de TDPM

Depo Provera est administrée par injection tous les trois mois. Elle inhibe l'ovulation et rend la glaire cervicale plus épaisse pour prévenir une grossesse.

Voici ce que dit la recherche sur la Depo-Provera et l'humeur :

  • Des rapports mitigés ont fait état d'une aggravation ou d'un statu quo de l'humeur sous Depo-Provera, mais ces études ne portaient pas spécifiquement sur des femmes souffrant de SPM/TDPM (28,29).

  • Les contraceptifs à progestatif seul (Depo-Provera en injection, DIU Mirena) ont été associés à un risque accru de dépression dans la presse, mais les recherches ne montrent pas de lien évident entre les méthodes à progestatif seul et les symptômes dépressifs chez les femmes en bonne santé (26).

Il n'y a pas eu d'études portant sur les effets de l'injection Depo sur les troubles de l'humeur prémenstruels chez les personnes souffrant de SPM/TDPM. Des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Les effets du patch (Ortho Evra, Xulane) sur l'humeur chez les personnes souffrant du SPM ou du TDPM

Le patch contraceptif libère des hormones à travers la peau pendant trois semaines, suivies d'une semaine sans hormones au cours de laquelle apparaît une hémorragie de privation. Les hormones synthétiques contenues dans le patch empêchent l'ovulation.

Voici ce que dit la recherche sur le patch et l'humeur :

  • Des adolescentes ont signalé une amélioration des symptômes de l'humeur prémenstruelle grâce au patch, mais cette étude était ouverte, ce qui signifie que les participantes savaient qu'elles recevaient un patch actif et non un placebo (30).

  • Il n'existe pas d'études spécifiques sur le patch et les troubles de l'humeur chez les femmes souffrant de SPM/TDPM.

  • Aucune étude n'a été menée sur les effets du patch contraceptif sur les troubles de l'humeur prémenstruelle chez les personnes souffrant de SPM/TDPM. Des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Les effets de l'anneau (NuvaRing) sur l'humeur chez les personnes souffrant de SPM ou de TDPM

Le NuvaRing est un anneau vaginal hormonal qui est inséré pendant trois semaines et retiré pendant une semaine, et qui empêche l'ovulation et la grossesse.

Voici ce que dit la recherche sur l'anneau et l'humeur :

  • Dans une étude, les femmes qui ont débuté l'utilisation de l'anneau ont constaté une réduction des symptômes du SPM, mais ces femmes ne présentaient pas de SPM sévère ou diagnostiqué (31).

  • Aucune étude ne porte précisément sur les effets de l'anneau vaginal contraceptif sur les symptômes prémenstruels chez les femmes souffrant de SPM ou de TDPM.

Il n'existe que trop peu d'études permettant de déterminer de quelle manière l'anneau influe sur l'humeur des femmes souffrant de SPM ou de TDPM. Des recherches supplémentaires sont nécessaires.

une image de 3 écrans mobiles de l'app Clue

Suivez vos règles, SPM, fringales, et plus encore dans l'app Clue.

  • Télécharger l'app Clue sur l'App Store
  • Télécharger l'app Clue sur Play Store

4.8

Illustration d'une évaluation de cinq étoiles

2M+ évaluations

Que faire si vous souffrez de PMS ou de TDPM et que vous envisagez de prendre une contraception hormonale ?

1. Parlez-en avec votre professionnel·le de santé

Dites à votre médecin que vous souffrez de SPM ou de TDPM. Il peut s'avérer utile de noter vos symptômes - vous pouvez par exemple les suivre dans Clue.

Yaz est la seule méthode de contraception hormonale qui a été approuvée par la FDA pour prévenir une grossesse, mais également pour traiter le SPM ou le TDPM. Cela signifie que votre médecin pourrait vous prescrire cette pilule en premier choix.

2. Si les symptômes s'aggravent, parlez-en avec votre médecin

Des éléments de preuve semblent indiquer que les pilules triphasiques (Ortho Tri-Cyclen, Tri Sprintec) ou biphasiques (Mircette, Azurette) auraient plus d'effets sur l'humeur que les pilules monophasiques (Ortho Cyclen, Sprintec). Cela est dû aux fluctuations hormonales qui ont lieu avec les préparations tri- et biphasiques.

Si vous essayez une pilule tri ou biphasique et que vous remarquez après plusieurs cycles que vos symptômes prémenstruels s'aggravent, informez-en votre médecin.

3. Suivez vos symptômes quotidiennement

Si vous souffrez de SPM ou de TDPM, les spécialistes recommandent de suivre quotidiennement vos symptômes à l'aide d'un outil tel que le Daily Record of Severity of Problems (32, 33).

Le suivi des symptômes est particulièrement important lorsque vous commencez ou arrêtez un nouveau médicament.

Le suivi vous permet à vous et à votre médecin de disposer de données claires sur l'évolution de vos symptômes. Il se peut que vous commenciez à prendre la pilule et que, au cours des deux cycles menstruels suivants, vous constatiez une aggravation significative des troubles de l'humeur. Il est important que vous et votre médecin le sachiez.

4. Sachez qu'il existe des interactions avec d'autres médicaments

Le choix de traitement peut également être influencé par les interactions avec d'autres médicaments que vous prenez ou par vos antécédents psychologiques. Si vous prenez un antidépresseur pour gérer les symptômes du SPM ou du TDPM, cela pourrait déterminer ce que votre médecin vous prescrira.

Si vous avez souffert d'une dépression majeure dans le passé (que vous souffriez ou non du SPM ou du TDPM), il se peut que vous soyez plus sujet·te aux changements d'humeur induits par les contraceptifs (9).

5. Demandez de l'aide si vous avez des pensées d'automutilation ou de suicide

Si vous ressentez des symptômes graves tels que des idées suicidaires ou des pensées d'automutilation lorsque vous commencez ou arrêtez une méthode de contraception hormonale, informez-en immédiatement votre professionnel·le de la santé.

Gardez à l'esprit que chaque corps est différent

Il existe très peu de recherches qualitatives sur les effets de la contraception hormonale sur les troubles de l'humeur prémenstruels chez les femmes souffrant de SPM ou de TDPM.

Certaines personnes sont plus sensibles que d'autres aux contraceptifs hormonaux ou aux fluctuations hormonales. Même si certaines études ont abouti à un résultat particulier, cela ne signifie pas qu'il reflète votre propre expérience. C'est pourquoi il est important de suivre vos symptômes et de dialoguer régulièrement avec votre professionel·le de santé.

Par-dessus tout, faites-vous confiance

Si vous pensez que certains symptômes peuvent avoir un lien avec votre méthode de contraception, n'hésitez pas à consulter votre médecin.

(Bien que les recherches citées dans cet article aient été menées sur des femmes cisgenres, elles devraient également être pertinentes pour les personnes transgenres binaires et non binaires qui ont été assignées au sexe féminin à la naissance et qui n'ont pas suivi d'hormonothérapie d'affirmation du genre).

Article initialement publié le 31 juillet 2019.

An illustration of a hand pressing a button

Let's support one another.

and champion menstrual health together. Make an impact today in one click.

An illustration of a hand pressing a button

Vous aimeriez peut-être lire aussi

Torse d'une personne avec les deux mains sur son abdomen.

Crampes & Douleurs

Crampes menstruelles : leurs causes et les moyens de les soulager

Voici ce que dit la recherche au sujet des règles douloureuses.

Articles populaires