Illustration graphique d'un ovule, d'un follicule rompu et d'éclairs représentant la douleur de l'ovulation.

Illustration: Katrin Friedmann

Crampes & Douleurs

Tout savoir sur l’ovulation douloureuse

Environ une personne sur trois ressent une douleur autour du moment où un de ses ovaires libère un ovule. Voici comment savoir si vous en souffrez.

*Traduction: Caroline Bocquet

Avez-vous déjà ressenti un spasme ou une crampe dans la partie inférieure de votre abdomen ? Cette douleur est-elle survenue environ deux semaines avant vos règles ? Elle pourrait bien avoir été liée à votre ovulation.

La douleur ovulatoire peut être vive ou prendre la forme d’une légère crampe et elle se localise du côté de l’abdomen où l’ovaire libère l’ovule (1–3). Elle se produit généralement entre 10 et 16 jours avant le début des règles, n’est pas dangereuse et elle reste généralement supportable. Elle dure normalement plusieurs heures, mais peut se prolonger pendant quelques jours chez certaines personnes.

Suivre les douleurs liées à l’ovulation sur l’application Clue peut vous aider à déterminer quand elle surviendra.

Les recherches de Clue ont montré qu’une personne sur trois note régulièrement une douleur à l’ovulation sur l’application.

Les recherches continues effectuées par notre collaborateur, Ruben Arslan, à l’Institut Max Planck ont montré qu’environ une personne sur trois, plus précisément 36 %, note régulièrement une douleur au moment de l’ovulation sur Clue. (Ceci concerne spécifiquement des personnes qui n’utilisent pas de moyen de contraception et qui suivent leur cycle menstruel de façon relativement fréquente).

Autres conclusions intéressantes concernant la douleur à l’ovulation :

  • En général, les personnes ne la ressentent pas à chaque cycle. D’autres recherches menées à petite échelle ont tiré la même conclusion.

  • Les personnes qui remarquent une douleur à l’évolution la notent en général pour la moitié de leurs cycles. Pour certaines, la douleur survient à chaque cycle.

  • La plupart des personnes reportent une douleur ovulatoire un seul jour par cycle, mais elle peut aller jusqu’à deux jours ou plus.

une image de 3 écrans mobiles de l'app Clue

Téléchargez Clue pour suivre les douleurs liées à l'ovulation.

  • Télécharger l'app Clue sur l'App Store
  • Télécharger l'app Clue sur Play Store

4.8

Illustration d'une évaluation de cinq étoiles

2M+ évaluations

La douleur ressentie peut-elle permettre de prédire le moment de l’ovulation ?

Statistiquement, la douleur notée sur l’application Clue au moment de l’ovulation semble être un bon indicateur de la fenêtre de fertilité. Cela ne veut pas dire que vous devriez immédiatement l’intégrer à vos méthodes d’observation du cycle pour déterminer votre fécondité, mais ce phénomène intéresse les chercheurs.

Parallèlement à d’autres recherches précédemment menées via des échographies pour déterminer le jour de l’ovulation, les personnes utilisant Clue notent généralement une douleur la veille de la date de l’ovulation estimée. Cette conclusion vient étayer la théorie qui expliquerait les raisons de cette douleur : la pression exercée par la croissance du follicule (décrite plus bas). Des recherches supplémentaires sont néanmoins nécessaires pour confirmer cette thèse.

D’autres notent une douleur ovulatoire le jour de leur date d’ovulation estimée sur Clue, ou en dehors de cette fenêtre. On peut estimer le moment de l’ovulation grâce à des tests sur l’hormone lutéinisante (LH), ou rétrospectivement par la date du début des règles suivantes. Ces deux méthodes peuvent toutefois donner des résultats inexacts (l’échographie est considérée comme la référence).

Il s’agit du plus large ensemble de données relatives à la douleur ovulatoire jamais utilisé dans les recherches.

L’analyse d’informations qui viendraient infirmer ou confirmer les conclusions d’études menées à petite échelle pourrait jouer un rôle clé et ouvrir la voie à de futures découvertes. Nous remercions les personnes utilisant Clue de contribuer à cette recherche en suivant régulièrement leur cycle.

Comment soulager la douleur ovulatoire ?

Il n’y a pas de recommandation médicale officielle pour traiter l’ovulation douloureuse, et pour la plupart des personnes qui en souffrent, elle n’est pas suffisamment aigüe ou dure trop peu de temps pour s’embêter avec un traitement.

Si ce n’est pas votre cas, la prise d’un antidouleurs en vente libre pourrait vous soulager. Une bouillotte ou un bain peuvent également avoir un effet calmant. Si la douleur est très vive, parlez-en à votre médecin. Les traitements hormonaux sont parfois utilisés pour interrompre l’ovulation quand d’autres méthodes n’ont pas fonctionné et que la douleur perturbe le quotidien d’une personne.

À quoi est due la douleur ovulatoire ?

Les chercheurs n’ont pas encore déterminé les causes exactes de l’ovulation douloureuse. Les premières tentatives de répondre à la question dans la littérature médicale remontent au milieu du XIXe siècle. Près de deux siècles plus tard, ces causes restent inexpliquées.

Voici quelques théories qui pourraient expliquer les causes de la douleur ovulatoire :

Tension exercée par un follicule en croissance dans l’ovaire et la réponse inflammatoire à cette tension (4).

Les follicules sont les poches contenant les ovocytes. Elles grossissent généralement d’environ deux centimètres de diamètre avant de libérer l’ovule dans la trompe de Fallope (5–8). Les prostaglandines (le même composé inflammatoire impliqué dans les règles) sont produites quand le muscle ovarien se contracte autour du follicule en croissance, ce qui pourrait être à l’origine de la douleur ressentie.

Illustration de la progression de la phase folliculaire dans les ovaires

Les recherches effectuées avec des échographies pour déterminer le moment de l’ovulation ont montré que la douleur ovulatoire était généralement ressentie autour du moment du pic de l’hormone lutéinisante (LH), soit entre 24 et 48 heures avant l’ovulation (4). La douleur survient et s’arrête donc avant que le follicule ne rompe. Cette théorie a toutefois été remise en question par d’autres études.

La libération d’un ovocyte est également un événement inflammatoire, mais elle n’est pas considérée comme l’une des sources possibles de la douleur ovulatoire. Les prostaglandines peuvent faciliter la libération de l’ovocyte lorsque le tissu du follicule se rompt pour en faciliter le passage (9). Les recherches ont montré que la prise de doses élevées d’anti-inflammatoires peut bloquer la douleur avant qu’elle ne survienne (10).

Irritation de la cavité abdominale due au sang provoqué par la rupture du follicule qui libère l’ovocyte (1).

Les échographies réalisées lors d’une étude ont montré 5 ml de fluide visible dans l’abdomen pour 2 cycles sur 3. Ces cycles étaient plus susceptibles d’être associés à une douleur ovulatoire. Le « fluide » en question pourrait bien être du sang relâché lorsque le follicule libère un ovocyte. Les chercheurs ont découvert que ce fluide reste visible jusqu’à deux jours après l’ovulation (1).

D’autres théories selon lesquelles des crampes dans l’utérus, les trompes de Fallope ou le gros intestin étaient à la source de la douleur (4) ont été évincées.

Comment savoir si vous ressentez une douleur ovulatoire ?

1. Détectez le moment de votre ovulation en suivant votre cycle

Certaines personnes ressentent leur première douleur ovulatoire en même temps que leurs premières règles. Pour d’autres, elle se manifeste plus tard, mais bien souvent avant les 30 ans (3).

Pour certaines personnes, la douleur ovulatoire a lieu à peu près au même moment à chaque cycle (quand elle se produit). Pour d’autres, elle est plus irrégulière. Cela dépend de la régularité de l’ovulation. En général, la douleur survient juste avant l’ovulation.

Chez certaines personnes, la douleur ovulatoire s’accompagne de saignements (3).

2. Localisez la douleur : côté gauche, côté droit ou les deux ?

La douleur ovulatoire se ressent généralement du côté où l’ovaire libère un ovocyte pendant ce cycle.

Pour environ la moitié des femmes, l’ovulation alterne entre l’ovaire gauche et l’ovaire droit (11), ce qui explique pourquoi certaines personnes expliquent que la douleur change de côté selon les cycles (3).

Pour l’autre moitié, le côté de l’ovulation peut être le fruit du hasard, c’est-à-dire qu’il n’alterne pas. Même dans ce cas, les ovaires finissent souvent par avoir ovulé le même nombre de fois (11).

La plupart des personnes ressentent la douleur d’un côté ou de l’autre, mais d’autres affirment la ressentir des deux côtés en même temps, bien que la douleur soit plus vive de l’un des deux côtés (12). Des personnes ont également rapporté une douleur égale des deux côtés lors de certains cycles, ce qui pourrait indiquer qu’à certains cycles, chaque ovaire libère son propre ovocyte.

Certaines personnes peuvent ne ressentir la douleur que d’un côté ou de l’autre, puisqu’il est possible que seul un ovaire soit source de douleur. Selon une étude dépassée (que l’on pourrait aussi qualifier de macabre et embarrassante), la douleur pouvait être évitée via une intervention précoce durant laquelle un ovaire était retiré chirurgicalement (3). Selon une autre théorie, certaines personnes pourraient souffrir d’adhérences à l’un des deux ovaires (2). Celles-ci pourraient d’une certaine façon restreindre les follicules ou les ovaires, et la douleur est ressentie lors du pic de LH qui déclenche l’ovulation.

3. Surveillez-en la durée

La plupart des personnes affirment que leur douleur ovulatoire dure entre 6 et 12 heures (4). Sur Clue, la majorité de celles qui notent une douleur ovulatoire ne la rapportent qu’une journée. D’autres la notent deux jours ou plus, mais il est difficile de savoir si d’autres facteurs contribuent à la douleur ressentie, par exemple l’endométriose.

4. Notez-en la sensation ou la sévérité

La sensation de douleur à l’ovulation est propre à chaque personne qui la subit. Pour certaines, elle n’est pas douloureuse, juste inconfortable ; elle est parfois décrite comme un sentiment de satiété ou une tension (3). D’autres la comparent à une crampe, qui peut être vive, légère ou intermittente. Elle est plus souvent décrite comme légère, mais peut parfois être vive et intense (1,3).

Vous pouvez noter la sévérité de votre douleur ovulatoire en utilisant les tags personnalisés de Clue.

Autres causes de douleur dans la zone des ovaires

Une appendicite, une grossesse extra-utérine ou des complications d’un kyste ovarien peuvent provoquer les mêmes symptômes que la douleur ovulatoire, mais ils sont en général plus sévères et soudains. Ces problèmes requièrent une attention médicale immédiate. Une douleur pelvienne continue peut être le symptôme d’une maladie ou d’une infection, comme une maladie pelvienne inflammatoire ou l’endométriose, qui nécessitent un traitement ou des soins médicaux.

Les personnes souffrant des kystes ovariens présentent des follicules qui peuvent grossir et se rompre. Les ruptures des kystes ovariens sont comparables à l’ovulation, mais ils sont associés à une ovulation irrégulière, elles impliquent des kystes anormalement larges et sont souvent plus graves. Les ruptures peuvent causer des douleurs modérées à sévères, ce qui peut provoquer des complications (13). Les kystes ovariens ne sont pas rares et peuvent être causés par certaines contraceptions hormonales, comme les DIU hormonaux (14,15). A contrario, d’autres types de contraception empêchant l’ovulation sont parfois utilisés pour traiter les kystes ovariens persistants. Parlez à votre médecin de toute douleur abdominale que vous ressentiriez, qu’elle soit légère ou sévère.

An illustration of a hand pressing a button

Let's support one another.

and champion menstrual health together. Make an impact today in one click.

An illustration of a hand pressing a button

Vous aimeriez peut-être lire aussi

Torse d'une personne avec les deux mains sur son abdomen.

Crampes & Douleurs

Crampes menstruelles : leurs causes et les moyens de les soulager

Voici ce que dit la recherche au sujet des règles douloureuses.

Articles populaires