Image d'un oeuf

Photo: Clár McWeeney

Contraception sans hormones

Méthodes naturelles de contraception ou d’Observation du Cycle

Quelle est leur efficacité ?

*Traduction: Alexandra Simon

Les Méthodes d'Observation du Cycle (MOC) sont des moyens que l'on peut utiliser à la fois pour tomber enceinte et pour prévenir une grossesse (1-4). Il existe différentes méthodes qui ont toutes pour objectif de prévoir le moment de l'ovulation (1-4).

Ces méthodes reposent sur le principe suivant : il n'est possible de tomber enceinte que si l'on a des rapports sexuels non protégés pendant la période fertile (c'est à a dire les 6 jours précédant et incluant l'ovulation) et si l'on n'ovule qu'une fois par cycle (5). La durée de la fenêtre fertile est déterminée par la durée de vie des spermatozoïdes dans l'utérus (environ 5 jours) et celle de l'ovule (12-24 heures).

(Dans l'application Clue, vous avez la possibilité d'activer le jour d'ovulation estimé. Il ne s'agit que d'une estimation et il se peut que ce jour ne corresponde jamais véritablement à celui de votre ovulation réelle. Cet fonction est destiné aux personnes essayant de tomber enceinte ou à des fins éducatives uniquement. Elle ne doit pas être utilisée comme un moyen de contraception. Il est faux de dire que l'on ne peut tomber enceinte que le jour de l'ovulation, il est donc toujours nécessaire d'utiliser une forme de contraception si l'on ne veut pas tomber enceinte.)

une image de 3 écrans mobiles de l'app Clue

Téléchargez Clue et commencez le suivi de vos jours fertiles.

  • Télécharger l'app Clue sur l'App Store
  • Télécharger l'app Clue sur Play Store

4.8

Illustration d'une évaluation de cinq étoiles

plus de 2M+ évaluations

Différents indicateurs de fertilité sont utilisés dans les MOC. Il s'agit notamment de :

  • La mesure de la température basale corporelle (TBC) : la température corporelle d'une personne augmente d'environ 0,5 à 1 degré Fahrenheit/0,3 à 0,6 degré Celsius au début de la phase lutéale (c.-à-d. la deuxième moitié du cycle qui débute après l'ovulation). La mesure de la TBC n'est pas une mesure fiable à elle seule, car une augmentation de la TBC indique seulement à une personne qu'elle a déjà ovulé, et non quand elle est sur le point d'ovuler. Cependant, le suivi du jour où la TBC augmente d'un mois à l'autre peut aider une personne à estimer le moment où elle pourrait ovuler au cours du cycle suivant.

  • Observer la glaire cervicale : la glaire cervicale change d'aspect tout au long du cycle menstruel sous l'effet des œstrogènes et de la progestérone, et sa quantité augmente généralement pendant ou à l'approche de l'ovulation. La glaire cervicale ayant la consistance du blanc d'œuf indique généralement que l'ovulation aura lieu bientôt ou s'est produite le jour précédent, tandis qu'une glaire plus épaisse et grumeleuse indique généralement que l'on a déjà ovulé.

  • Le suivi des cycles à l'aide d'un calendrier ou d'une application

  • Utilisation de tests urinaires de l'hormone lutéinisante (LH) : la LH atteint un pic dans les 24 heures précédant l'ovulation et cette hormone peut être détectée à l'aide de tests urinaires à domicile (1-4).

Voici les Méthodes d'Observation du Cycle les plus connus :

  • La méthode rythmique : il s'agit de la plus ancienne MOC et elle repose sur le calendrier. Il est nécessaire de suivre ses cycles menstruels pendant au moins six mois avant d'utiliser cette méthode. Après avoir suivi plusieurs cycles, il faut se baser sur le cycle le plus long et le cycle le plus court pour déterminer le moment où l'on est le plus susceptible d'être fertile et donc éviter les rapports sexuels ou utiliser un autre moyen de contraception. Si vos cycles ne sont pas réguliers et que leur durée ne se situent pas entre 26 et 32 jours, cette méthode n'est probablement pas faite pour vous. Il n'existe aucune donnée permettant de déterminer l'efficacité de la méthode rythmique.

  • Méthode des Jours Fixes : cette méthode est similaire à la méthode rythmique. En bref, il s'agit d'éviter les rapports sexuels ou d'utiliser une autre forme de contraception du 8e au 19e jour du cycle (le 1er jour étant le premier jour des règles). Si vos cycles ne sont pas réguliers et que leur durée n'est pas comprise entre 26 et 32 jours, cette méthode n'est pas recommandée. 5 personnes sur 100 tomberont enceintes au cours d'une année en cas d'utilisation parfaite de cette méthode qui est actuellement considérée comme un moyen de contraception moderne par l'Organisation mondiale de la santé.

  • Méthode des Deux Jours : cette méthode consiste à observer l'aspect de la glaire cervicale tous les jours du cycle. Si une personne constate que sa glaire est fluide ou ressemble à du blanc d'œuf, elle est probablement fertile et doit éviter les rapports sexuels ce jour là et/ou le jour précédent. Quatre personnes sur 100 tomberont enceintes au cours d'une année en cas d'utilisation parfaite de cette méthode.

  • Méthode Billings : tout comme la méthode des Deux Jours, celle-ci repose sur l'évaluation de la glaire cervicale pour estimer la période de fertilité. Il s'agit de remplir un tableau en y indiquant l'aspect de la glaire cervicale et de suivre un ensemble de règles pour déterminer le moment où l'on peut avoir des rapports sexuels. 3 personnes sur 100 tomberont enceintes au cours d'une année en cas d'utilisation parfaite de cette méthode.

  • Sensiplan (aussi appelée méthode symptothermique) : cette méthode combine l'évaluation de la glaire cervicale et la TBC pour déterminer la période de fertilité au cours de chaque cycle. Moins d'une personne sur 100 tombera enceinte au cours d'une année en cas d'utilisation parfaite de cette méthode.

  • Suivi de la fertilité via une application mobile : il s'agit d'outils relativement nouveaux qui ne sont pas des méthodes de contraception en soi, et qui reposent généralement sur les estimations du calendrier et de la TBC, mais également sur d'autres paramètres comme les résultats de tests de l'hormone lutéinisante. La nombre de grossesses survenant chaque année est estimé en fonction de chaque application et de la rigueur avec laquelle elle est analysée et contrôlée (6-10).

Bien que le taux d'efficacité en utilisation parfaite de ces méthodes soit élevé, ces outils sont parfois difficiles à utiliser correctement et avec une certaine régularité, si bien que le taux réel d'efficacité en utilisation courante est probablement beaucoup plus faible.

Quelle est l'efficacité des Méthodes d'Observation du Cycle comme moyen de contraception ?

Les MOC sont rarement utilisées parfaitement (comme d'autres formes de contraception) et on estime donc que le taux d'efficacité réel des MOC est moins important. Mais à quel point, cela reste à débattre. Le taux d'efficacité des différentes MOC diffère selon la méthode employée et il existe peu d'études portant sur chacune des MOC (comme par exemple, la méthodes des Jours Fixes ou des Deux Jours) permettant de déterminer si les résultats sont généralisables.

De nombreux facteurs peuvent affecter les niveaux d'efficacité et il existe une certaine variabilité entre ces estimations. Il s'agit notamment des facteurs liés à la recherche, au cycle menstruel d'une personne et à la précision des mesures effectuées par une personne utilisant une MOC.

Les facteurs de recherche

Le plan d'étude peut avoir un impact important sur les résultats. Dans la recherche sur la contraception, il est courant de regrouper tous les types de MOC, car celles-ci sont beaucoup moins utilisées que les autres méthodes de contraception. C'est pour cette raison que l'on estime que 1 personne sur 4 ayant recours aux MOC comme moyen de contraception tombera enceinte au cours d'une année (6), car toute personne déclarant utiliser une MOC est regroupée dans une seule et même catégorie.

Cela signifie qu'une personne qui ne suit pas très bien ses cycles et ne s'abstient que de temps en temps d'avoir des rapports sexuels sera dans le même groupe qu'une personne qui évite les rapports sexuels pendant toute sa période de fécondité et qui suit régulièrement sa TBC et/ou sa glaire cervicale à l'aide d'un outil précis (comme StandardDays ou Sensiplan). Il est peu probable que ces deux personnes constatent la même efficacité avec leur MOC respective.

La durée et le nombre de personnes restant impliquées dans une étude influent également sur les niveaux d'efficacité et de fiabilité (6). Dans de nombreuses études sur les MOC, plus de la moitié des personnes abandonnent ou sont perdues de vue (les chercheurs·ses ne savent pas ce qu'il est advenu de celles-ci) (6-10).

Bien que les personnes puissent avoir une bonne raison de vouloir abandonner (elles n'aiment pas la méthode, elles veulent tomber enceintes, etc.), il peut être difficile pour les chercheurs·ses de prédire avec précision si leur méthode est efficace pour tout le monde ou si elle ne l'est que pour les personnes qui continuent à participer à l'étude. Les personnes qui poursuivent leur participation à une étude peuvent différer à bien des égards par rapport à celles l'ayant quittée . Par exemple, les personnes restantes sont peut-être plus aptes à utiliser leur méthode de contraception correctement, elles ont peut-être des rapports sexuels moins fréquents (et ont donc moins de risque tomber enceinte), ou sont peut-être plus âgées ou moins fertiles que les personnes qui ont abandonné (6).

Par exemple, dans une étude estimant le taux d'efficacité d'une application mobile axée sur la fertilité, environ 5 personnes sur 10 ont abandonné l'étude avant un an et environ 400 personnes ont été perdues de vue (10). En raison de la manière dont l'étude a été menée, les chercheurs·ses ignorent si les personnes qui sont restées avaient moins de risque de tomber enceinte que celles qui ont abandonné, si elles avaient moins de rapports sexuels ou si un autre facteur était en cause. Les estimations des taux de grossesse doivent être présentées comme une fourchette plutôt que comme un chiffre absolu, étant donné qu'ils ne savent pas ce qui est arrivé à un grand nombre de leurs participant·e·s. Malheureusement, il s'agit d'un problème courant dans la recherche sur les MOC qui peut conduire à une mauvaise évaluation de l'efficacité d'une méthode.

Les cycles menstruels de chaque personne

Certaines MOC comme la méthode des Jours Fixes tiennent fortement compte de la prévisibilité du cycle menstruel d'une personne. Malheureusement, ces méthodes ne peuvent pas toujours prédire avec précision l'ovulation avant qu'une personne n'entre dans sa période fertile. Ces formes de MOC permettent soit de déduire le moment où une personne deviendra fertile en se basant sur les cycles passés, soit de lui indiquer que la période de fertilité est en cours ou déjà dépassée.

Les MOC basées sur le calendrier comme la méthode des Jours Fixes sont utilisées par les personnes ayant des cycles relativement réguliers. Ces méthodes partent du principe que chaque cycle est identique au cycle précédent. Cela est sans doute vrai en règle générale, mais la plupart des gens ont une certaine variabilité dans la durée de leurs cycles et connaissent occasionnellement des cycles inhabituels. Le stress, le décalage horaire ou le travail de nuit peuvent parfois entraîner un cycle irrégulier (11-13). De même, les personnes qui approchent de la ménopause ou qui sont dans l'adolescence sont plus susceptibles d'avoir des cycles irréguliers, et il n'est pas toujours évident de savoir à quelle étape de la vie on se trouve. Parfois, des cycles inhabituels se produisent sans raison évidente.

Précision des mesures

Les méthodes symptothermiques présentent les taux d'efficacité les plus élevés des MOC en matière de contraception (6, 7). La TBC et le suivi de la glaire cervicale sont deux formes fastidieuses de MOC, car leur utilisation nécessite des mesures quotidiennes, généralement une ou deux par jour, et des évaluations très précises. Par exemple, le suivi de la TBC exige de prendre sa température au réveil (ou après une autre période de repos prolongée) et la méthode des Deux Jours exige de contrôler sa glaire cervicale au moins deux fois par jour (2). Si cela n'est pas fait de manière assidue, les relevés et à les estimations ne seront pas fiables.

Même si une personne vérifie régulièrement ses indicateurs de fertilité, les mesures peuvent ne pas être exactes. La TBC est affectée par le sommeil et la maladie (1, 2). On ne peut donc pas se fier à la précision des relevés effectués lorsqu'une personne n'a pas bien dormi ou est malade.

Les MOC sont plus fiables si l'on étend la période d'abstinence au-delà de la fenêtre fertile, ce que suggèrent de nombreuses directives officielles relatives aux MOC combinées (comme la méthode des Jours Fixes). Bien que la fenêtre biologique de fertilité soit d'environ six jours, une personne utilisant une MOC peut additionner des jours à ceux de sa fertilité potentielle pour en compenser la variabilité. Mais cela a un coût : plus on allonge la période de fécondité potentielle, moins on peut avoir de rapports sexuels sans autre forme de contraception.

Là encore, le fait d'allonger sa fenêtre de fertilité de cette manière ne fonctionne que pour les personnes dont la variabilité est limitée. Chez une personne sur 5 dont la variabilité de la durée du cycle est de plus 14 jours, ou chez les personnes en périménopause ou dans l'adolescence, un allongement de la fenêtre fertile potentielle pourrait ne pas offrir une protection suffisante contre une grossesse non planifiée (14).

À qui les Méthodes d'Observation du Cycle peuvent-elles convenir ?

L'utilisation de certaines MOC exige beaucoup d'efforts, mais certaines personnes estiment que cela en vaut la peine. Les MOC n'ont pas d'effets secondaires, leur utilisation est gratuite ou peu coûteuse, et elles peuvent être arrêtées ou débutées sans l'aide d'un·e professionnel·le de santé. Pour les personnes n'ayant pas les moyens ni l'accès, étant religieusement contre la contraception ou ne voulant tout simplement pas utiliser d'autres méthodes, l'utilisation des MOC représente une alternative efficace (1-3).

Il est important de noter que les personnes ayant des cycles menstruels irréguliers et/ou âgées de moins de 18 ans ou de plus de 40 ans, ont tendance à ne pas être incluses dans les recherches sur les MOC (6-10). Il est donc difficile de déterminer l'efficacité des MOC auprès de ces groupes de personnes.

De plus, comme les MOC ne protègent pas contre les infections sexuellement transmissibles (IST), elles ne conviennent probablement pas aux personnes qui ont des rapports sexuels avec des partenaires multiples et/ou qui n'ont pas fait de tests de dépistage au préalable.

Les Méthodes d'Observation du Cycle associées à une deuxième méthode

Les MOC utilisées en association avec d'autres formes de contraception comme les préservatifs ou les spermicides, peuvent diminuer le risque de tomber enceinte, surtout si une personne évite totalement d'avoir des rapports sexuels pendant la fenêtre fertile potentielle et utilise une autre méthode à tout autre moment (1-3). L'utilisation du préservatif en association avec une MOC réduit également le risque de transmission des IST.

Pourquoi relever sa température basale corporelle (TBC) dans Clue ?

Clue en soi ne doit pas être utilisée comme un moyen de contraception. La TBC et les tests d'ovulation permettent d'améliorer les estimations de Clue sur la durée de votre cycle, la durée de la phase lutéale et le moment de l'ovulation, mais ceci est uniquement à titre d'information et pour vous aider à mieux comprendre votre cycle, votre corps et votre santé. Le jour estimé de l'ovulation ne doit pas être utilisé pour prévenir une grossesse.

Cet article a été initialement publié le 14 décembre 2017.

An illustration of a hand pressing a button

Let's support one another.

and champion menstrual health together. Make an impact today in one click.

An illustration of a hand pressing a button

Articles populaires