Image de deux personnes portant des binders.

Illustration by Marta Pucci

LGBTQIA+

Le bandage de la poitrine : trucs et astuces pour les trans, les non binaires et genderfluid

par Jen Bell, Anciennement écrivaine chez Clue; et Nicole Telfer, Ex Rédactrice Science
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur WhatsApp

*Traduction: Sarah Idrissi

Les principales choses à savoir :

  • Le bandage de la poitrine (compression du tissu mammaire pour donner l'apparence d'une poitrine plate) est courant chez les personnes qui ne veulent pas que leur buste ait l'air féminin.

  • Ne bandez PAS votre poitrine avec du ruban adhésif ou du film plastique. Les méthodes sûres les plus populaires sont l'utilisation de binders achetés dans le commerce, de soutiens-gorge de sport, de superpositions stratégiques et de bandages ou de matériaux élastiques.

  • Si vous vous bandez fréquemment la poitrine, veillez à faire des pauses tout au long de la journée et à prendre des jours de repos, car le bandage continuel peut entraîner des effets secondaires négatifs (2,4).

  • Si vous espérez subir une chirurgie du haut du corps (une intervention visant à réduire ou à supprimer le tissu mammaire), le fait de se bander fréquemment peut affecter l'élasticité de la peau et avoir un impact sur les résultats de la chirurgie (4,5).

Le bandage de la poitrine (compression du tissu mammaire pour donner l'apparence d'une poitrine plate) est une pratique courante chez les personnes qui ne veulent pas que leur torse ait une apparence féminine, comme les hommes transgenres et les personnes AFAB (assignées femme à la naissance) présentant une apparence masculine.

une image de 3 écrans mobiles de l'app Clue

Clue utilise un langage neutre pour vous aider à suivre votre cycle et votre santé

  • Télécharger l'app Clue sur l'App Store
  • Télécharger l'app Clue sur Play Store

4.8

Illustration d'une évaluation de cinq étoiles

plus de 2M+ évaluations

Pour certaines personnes trans et non binaires, les seins sont une source de dysphorie de genre, car ils sont un rappel visuel du sexe assigné à la naissance (1). Le bandage peut réduire la dysphorie de genre et contribuer à améliorer la santé mentale, mais il peut également provoquer des symptômes physiques négatifs (2).

Comment se bande-t-on la poitrine ?

Il existe de nombreuses méthodes: certaines personnes enveloppent leur poitrine de bandages élastiques, d'autres portent un soutien-gorge de sport, des vêtements de compression ou de sport en néoprène, ou superposent plusieurs soutiens-gorge ou t-shirts de sport. D'autres portent des binders disponibles dans le commerce et spécialement conçus à cet effet (2).

Chaque personne se bind différemment. Pour certaines personnes c'est uniquement lors d'occasions spéciales, et pour d'autres c'est tous les jours. Une étude portant sur les personnes qui se bindent rapporte qu'en moyenne les personnes concernées se bandent la poitrine environ 10 heures par jour, les méthodes les plus populaires étant les binders commerciaux, suivis des soutiens-gorge de sport, de la superposition de t-shirts ou de soutiens-gorge, et des bandages ou des matériaux élastiques (2).

Risques et effets secondaires du binding

Comme beaucoup de choses que l'on fait pour modifier son apparence extérieure (porter des talons hauts ou se raser les poils du visage), le bandage de la poitrine comporte certains risques.

Le binding, en particulier sur de longues périodes, peut affecter la peau, les muscles et les mouvements. Le fait de couvrir étroitement la peau et la poitrine avec des matériaux qui ne permettent pas à l'air de circuler librement peut créer des environnements chauds et humides propices au développement d'infections bactériennes et fongiques. Le port de binders trop serrés peut provoquer des lésions tissulaires et musculaires sous-jacentes, empêcher la liberté de mouvement et même restreindre la capacité de la personne à respirer.

Il n'y a pas eu beaucoup d'études sur les effets du binding sur la santé, il est donc important d'écouter les expériences des autres et de parler à votre prestataire de soins. (Voici un guide pour trouver un·e médecin·e trans friendly et comment obtenir de meilleurs soins de vos soignant·e·s).

Deux études ont été réalisées qui portent spécifiquement sur les personnes qui pratiquent le binding. Il s'agissait d'études transversales publiées en 2017 et 2018, qui observaient une population spécifique (les personnes qui se bandent la poitrine) à un moment précis dans le temps. Ces deux études sont basées sur les données de 1 800 personnes ayant répondu à une enquête en ligne.

Dans les deux études, la majorité des personnes (89 à 97 %) ont déclaré avoir ressenti au moins un symptôme négatif lié au binding de la poitrine (2,3).

Effets secondaires courants du binding:

  • 76 à 78 % des personnes interrogées dans le cadre d'études ont signalé des problèmes de peau/tissus, tels qu’une sensibilité, des cicatrices, des gonflements, des démangeaisons, des infections

  • 74-75 % des personnes ont signalé des douleurs dans la poitrine, les épaules, le dos ou l'abdomen

  • 51 à 52 % des personnes ont signalé des problèmes respiratoires (comme l'essoufflement)

  • 47 à 49 % ont signalé des symptômes musculo-squelettiques, comme des changements posturaux, une fonte musculaire ou des fractures des côtes (2,3)

Cependant, beaucoup de personnes se sentent mieux mentalement et émotionnellement lorsqu'elles se bandent la poitrine. Selon ces études, le binding aide les personnes à diminuer leur dysphorie de genre, ainsi que les sentiments d'anxiété ou de suicidalité, tout en augmentant leur confiance en public et leur estime de soi (2).

Facteurs de risque des effets secondaires du binding

Les personnes qui se bandent la poitrine plus fréquemment (tous les jours) sont plus susceptibles de présenter des symptômes négatifs. C'est pourquoi le fait de prendre des jours de pause entre deux binding peut contribuer à réduire ce risque. Le binding à long terme (sur plusieurs années) était également plus susceptible d'être associé à des symptômes négatifs, notamment des problèmes de peau, de tissus et musculo-squelettiques (2). Les personnes ayant des seins plus volumineux étaient plus susceptibles de rencontrer des problèmes de peau et de tissus mous (2).

Le choix des méthodes de binding est très personnel, et trouver le "meilleur type de binder" pour tout le monde n'est pas évident. Une étude a montré que les personnes employant des binders commerciaux présentaient le risque le plus élevé de symptômes négatifs, suivies par celles qui utilisaient des bandages, et du film plastique ou du ruban adhésif (2).

Le nombre élevé de répercussions négatives constatées pour les binders commerciaux dans cette étude a surpris les scientifiques, car les blogs et autres ressources informelles consacrés aux hommes trans et aux binders qualitatifs en font souvent la recommandation (2,4). Cela peut être dû au fait que les choix s’orientent vers des binders trop petits, que ceux-ci sont portés pendant de longues périodes ou que les personnes en portent plusieurs à la fois. De plus amples recherches sont nécessaires, mais si vous choisissez de porter un binder commercial, faites vos recherches, lisez les commentaires en ligne et assurez-vous qu'il est de la bonne taille pour vous.

Soins de santé et bandage de la poitrine

L'étude de 2017 a révélé que près de 9 personnes sur 10 ont ressenti au moins un effet négatif lié au binding, et 8 sur 10 ont estimé qu'il était important d’en discuter avec un·e professionnel·le de santé. Mais seulement 3 personnes sur 20 (15%) ont consulté pour des problèmes de santé liés au binding (3).

Plus de la moitié des participant·e·s déclarent que leur professionnel·le de santé sait qu'iels se bandent la poitrine, mais parmi celleux-ci, moins de la moitié ont effectivement discuté de leurs pratiques de bandage avec leur prestataire. Les personnes qui se sentaient en sécurité et à l'aise pour entamer une conversation sur le binding étaient plus susceptibles de demander de l'aide pour tout effet secondaire négatif lié à cette pratique (3). Cela met en évidence la disparité entre les soins de santé dont les personnes transgenres ont besoin et ceux auxquels elles ont accès ou qu'elles se sentent en sécurité d'entreprendre. Presque tout le monde, quel que soit son sexe, manipule son corps pour se sentir bien, que ce soit en se bandant la poitrine, en fumant, en se maquillant ou en s'épilant les poils pubiens - nous nous modifions toustes d'une manière ou d'une autre pour nous sentir comme notre "vrai moi".

Ces activités comportent parfois des risques qui nécessitent une aide médicale (par exemple, fumer peut causer un cancer du poumon et de nombreux autres problèmes de santé, et s'épiler les poils pubiens peut donner lieu à des poils incarnés ou à des follicules infectés). Il n'y a pas de honte à parler à votre prestataire de soins si vous ressentez des effets secondaires. C'est votre corps et votre vie, vous méritez des soins de santé sûrs et sans jugement.

Chacun·e doit tenir compte à la fois des bienfaits pour la santé mentale et des symptômes physiques négatifs potentiels lors de prises de décisions concernant le binding (2).

Conseils pour un binding plus sain

Chaque personne se bind différemment, l'astuce est de trouver ce qui est le plus sûr et le meilleur pour vous.

1. Limitez la durée de vos bindings.

Ne portez pas de binder pendant plus de 8 à 12 heures et enlevez-le pour dormir. Il est également essentiel de prévoir des pauses chaque jour et de veiller à ne pas vous bander la poitrine tous les jours. Les personnes qui se bandent les seins plus fréquemment, par exemple tous les jours, sont plus susceptibles de subir des effets secondaires négatifs (2,4).

2. Évitez de vous binder quand vous faites de l'exercice.

Si le mouvement corporel peut exacerber la dysphorie de certaines personnes, l'exercice physique est un moment où il faut respirer profondément, bouger librement et où l'on est plus susceptible de transpirer. Si vous voulez quand même aplatir votre poitrine pendant l'exercice, cherchez une brassière de sport qui a cet effet.

3. Trouvez la bonne coupe.

Si vous souhaitez porter un binder du commerce, prenez le temps de vous assurer que vous achetez la bonne taille et qu'il vous va correctement. Avant d'acheter, faites des recherches pour trouver le binder idéal pour vous et lisez les commentaires des clients pour vous faire une idée de la justesse des mesures. Essayez de ne pas en acheter un qui soit trop serré - s'il provoque des douleurs, des coupures ou des traumatismes, ou s'il restreint votre respiration, vous devez prendre une taille ou deux au-dessus. Un binder doit permettre de respirer normalement et laisser l'air circuler (orientez-vous vers des matières respirantes). Une peau humide, moite et en sueur constitue un environnement idéal pour les éruptions cutanées et les infections fongiques (4).

4. N'utilisez pas de film plastique, de ruban adhésif ou de bandages.

Ceux-ci sont associés à une augmentation des symptômes négatifs. Le ruban adhésif peut endommager votre peau, et les bandages peuvent se resserrer lorsque vous bougez. Vous êtes peut-être pressé·e de commencer le binding ou vous n'avez pas les moyens d'acheter un binder dans le commerce, mais cela ne vaut pas la peine de mettre votre santé en danger. Les brassières de sport, la superposition de t-shirts ou le port de vêtements de compression athlétiques ou en néoprène sont les options qui ont le moins d'effets secondaires négatifs (2).

5. Bandez-vous moins souvent la poitrine si vous envisagez une chirurgie du torse.

Si vous prévoyez de subir une chirurgie du haut (une intervention visant à réduire ou à supprimer le tissu mammaire), il est préférable de ne pas vous binder aussi souvent, car cela peut affecter l'élasticité de votre peau et avoir des répercussions chirurgicales (4,5). Certain·e·s spécialistes de la recherche en mastectomies FtM (Female to Male, femme à homme transgenre) estiment que le binding à long terme peut entraîner une diminution de la qualité de la peau, en particulier de son élasticité, ce qui peut effectivement rendre une opération de mastectomie plus complexe (5).

6. Écoutez votre corps.

Si vous ressentez une douleur ou si vous avez des difficultés à respirer, retirez votre binder (ou tout autre vêtement restrictif). Peut-être que ce que vous portiez était trop serré, ou que vous vous êtes bindé trop longtemps sans faire de pause. Vous pourriez être tenté·e de vous binder en permanence si cela a un impact positif sur votre dysphorie ou votre santé mentale, mais il est aussi très important que vous preniez soin de votre corps.

Des recherches beaucoup plus approfondies sur la santé et les besoins des hommes transgenres, des personnes non-binaires et genderfluid sont nécessaires. Ces populations ont des besoins de santé différents, et chacun·e mérite d'avoir accès à des soins adéquats et personnalisés.

Si vous ressentez des symptômes négatifs liés au binding, nous vous recommandons de consulter un·e professionnel·le de santé.

Consultez notre guide pour savoir comment trouver un·e gynécologue trans friendly. Nous avons également écrit sur la dysphorie de genre, sur les effets de la testostérone sur les règles et sur les expériences des personnes trans, non binaires et genderqueer en matière de contraception.

Certaines personnes trouvent que le fait de suivre leurs règles peut aider à réduire la dysphorie : téléchargez Clue pour savoir quand vos règles arrivent.

Cet article a été mis à jour le 20 mai 2020.

An illustration of a hand pressing a button

Let's support one another.

and champion menstrual health together. Make an impact today in one click.

An illustration of a hand pressing a button

Articles populaires