Illustration abstraite d'une tête avec un coeur sur le dessus, à la place de l'esprit

Illustration: Marta Pucci

Grossesse, Naissance & Post-partum

Que sont les troubles psychiques du post-partum ?

Les effets possibles de la grossesse et de l'accouchement sur la santé mentale.

*Traduction: Camille Josse

Vous avez certainement entendu parler de la dépression du post-partum - elle touche environ 1 personne qui donne naissance à un enfant sur 5 et constitue l'une des principales causes de décès maternel (1-4). Il n'y a pas beaucoup de recherches sur la dépression du post-partum, mais les scientifiques commencent à mieux comprendre la maladie et ses causes. En plus de la dépression du post-partum, les personnes qui donnent naissance peuvent souffrir de divers troubles psychiques. La sensibilisation aux troubles psychiques et anxieux du post-partum peut encourager les personnes qui donnent naissance à se faire aider ainsi qu'à réduire le sentiment de solitude et d'isolement social dont elles peuvent souffrir.

Quand les personnes développent-elles des troubles psychiques du post-partum ?

S'il est possible de développer un trouble psychique immédiatement après la naissance, les symptômes peuvent apparaître à tout moment au cours des 12 premiers mois du post-partum (5). Chez certaines personnes, les troubles psychiques apparaissent d'abord pendant la grossesse, puis s'aggravent après l'accouchement (6). Il est également possible que des personnes qui ne sont pas des parents biologiques souffrent de troubles psychiques du post-partum (6), mais dans cet article, nous nous concentrons sur les troubles psychiques et anxieux du post-partum qui touchent les personnes qui donnent naissance.

Si vous demandez à une personne qui a souffert de dépression du post-partum, il est probable qu'elle vous dira que son expérience va au-delà de la dépression. Des troubles tels que l'anxiété, les troubles obsessionnels compulsifs (TOC), le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) et la psychose peuvent être tout aussi complexes à gérer que la dépression du post-partum, voire constituer une urgence psychiatrique. La plupart des personnes qui reçoivent un diagnostic de dépression du post-partum souffrent également d'un autre trouble, bien qu'il soit possible d'avoir un autre trouble psychique du post-partum et de ne pas souffrir de dépression (7).

une image de 3 écrans mobiles de l'app Clue

Télécharger Clue et activer le mode Grossesse avec Clue Plus

  • Télécharger l'app Clue sur l'App Store
  • Télécharger l'app Clue sur Play Store

4.8

Illustration d'une évaluation de cinq étoiles

2M+ évaluations

Les amis, la famille et les prestataires de soins de santé négligent ou minimisent souvent la souffrance des personnes atteintes d'un trouble psychique du post-partum (5, 8). Les symptômes de ces troubles, comme la fatigue, les changements ou la perte d'appétit, sont également associés au fait de prendre soin d'un nouveau-né et peuvent être carrément ignorés (5).

Les personnes souffrant de troubles psychiques du post-partum rencontrent souvent des obstacles pour être diagnostiquées et recevoir un traitement (8).

Même lorsque ces symptômes sont évidents, les professionnels de la santé sont mal préparés à diagnostiquer et à traiter les troubles psychiques du post-partum (5, 8). Il n'existe pas de critères officiels pour diagnostiquer les troubles psychiques du post-partum et il n'existe pas de modes d'évaluation spécifiques pour les troubles psychiques du post-partum autres que la dépression (8). Lorsqu'un trouble psychique du post-partum est diagnostiqué, il peut être difficile et coûteux de trouver un traitement, et il n'existe pas de traitement standard susceptible de garantir une guérison certaine (8). La grossesse et l'accouchement peuvent constituer un véritable risque pour la santé, et cela en particulier pour les personnes non-blanches aux États-Unis qui encourent davantage de risques de problèmes de santé maternelle à cause du racisme systémique. Ce sont ces mêmes disparités en matière de santé qui rendent les ressources nécessaires encore moins disponibles pour les femmes noires et latinos souffrant de troubles psychiques du post-partum aux États-Unis (9).

Quelles sont les causes de la dépression du post-partum et des autres troubles psychiques du post-partum ?

Aucune cause spécifique des troubles psychiques du post-partum n'a encore été déterminée, mais il existe quelques théories. Les hormones sexuelles œstrogène et progestérone fluctuent énormément pendant le passage de la grossesse au post-partum (6). Les chercheurs pensent que ces hormones peuvent jouer un rôle dans les troubles psychiques du post-partum (6).

Une autre théorie implique les neurotransmetteurs, les substances chimiques de votre corps qui envoient des messages aux cellules nerveuses. (Vous avez peut-être déjà entendu parler de la sérotonine ou de la dopamine, deux neurotransmetteurs "qui font du bien"). Les hormones et les neurotransmetteurs fonctionnent ensemble dans l'organisme, ce qui peut contribuer aux changements d'humeur lors d'événements tels que la naissance (4).

Parmi les autres causes potentielles à l'étude figurent la prédisposition génétique, les niveaux de mélatonine, les modifications de la fonction thyroïdienne et les réponses du système immunitaire (4). Nous ne savons pas encore avec certitude pourquoi certaines personnes souffrent d'un trouble lié au post-partum et pas d'autres.

Types de troubles psychiques du post-partum

Les troubles psychiques du post-partum ne se limitent pas à la dépression, loin de là. Voici quelques-uns des troubles psychiques du post-partum qui sont connus aujourd'hui.

Qu'est-ce que le baby-blues ?

Le baby-blues, également appelé blues du post-partum, est une réaction courante aux changements qui se produisent après la naissance (6). Les taux d’hormones de grossesse, l'œstrogène et la progestérone, sont élevés pendant la grossesse, mais ils baissent considérablement après la naissance (6). Cela peut se traduire par de la tristesse, de l'insomnie, de l'irritabilité, de l'anxiété et de fortes envies de pleurer (6). Le baby-blues est fréquent juste après la naissance. Il peut être le plus marqué vers le cinquième jour du post-partum (6) et peut durer jusqu'à trois semaines (6). Les recherches suggèrent que jusqu'à 75 % des personnes en post-partum sont confrontées au baby-blues (6).

Qu'est-ce que la dépression du post-partum ?

La dépression du post-partum, ou dépression survenant pendant la grossesse ou pendant le post-partum, est considérée comme le trouble psychique le plus courant chez les personnes enceintes et en post-partum (5). Le nombre de personnes touchées par la dépression du post-partum est difficile à déterminer. Les recherches indiquent que la dépression du post-partum touche 10 à 15 % des personnes en post-partum (10), mais ce chiffre est probablement beaucoup plus élevé. Les études sur la dépression du post-partum ne portent souvent que sur les premières semaines du post-partum, alors que la dépression du post-partum peut survenir à tout moment au cours de la première année du post-partum (10).

Les personnes souffrant de dépression du post-partum peuvent avoir des problèmes de sommeil ou d'excès de sommeil, une humeur maussade, une perte d'intérêt pour des activités jusqu'à lors appréciées, une perte de poids, de l'agitation ou des mouvements lents, de la fatigue et/ou des sentiments de dévalorisation ou de culpabilité (6). Certaines données scientifiques indiquent que la perte de contrôle est le sentiment prédominant de la dépression du post-partum (6). Les personnes atteintes de dépression du post-partum ont souvent l'impression de lutter pour survivre, enveloppées d'un brouillard qui les empêche de se concentrer même sur les tâches les plus simples, et de s'occuper de leur enfant (6).

Qu'est-ce que l'anxiété du post-partum ?

L'anxiété du post-partum est un terme générique pour un ensemble de troubles anxieux qui comprend l'anxiété généralisée, la panique et les troubles d'anxiété sociale (10). Il est difficile de déterminer combien de personnes souffrent d'anxiété du post-partum, mais il est probable que la dépression et les troubles anxieux touchent tout autant les personnes ayant accouché (10). La plupart des personnes qui souffrent de dépression du post-partum présentent également des niveaux cliniques d'anxiété (10).

Il est normal de s'inquiéter pour son fœtus ou son nouveau-né, mais le trouble d'anxiété généralisée du post-partum (TAG) survient lorsque l'inquiétude devient excessive et incontrôlable et interfère avec la vie quotidienne ou la prise en charge d'un nourrisson (8). Les inquiétudes peuvent couvrir un large spectre, mais il est courant pour les personnes souffrant d'anxiété du post-partum de s'inquiéter de la santé de leur nouveau-né, de leur propre santé, de la santé de leur partenaire et/ou de mourir et de laisser le nouveau-né sans parent (8).

Une personne qui a des attaques de panique soudaines et inattendues après la naissance d'un enfant peut souffrir d'un trouble panique post-partum (11). Cette forme d'anxiété du post-partum peut être diagnostiquée lorsque les attaques se poursuivent pendant plus d'un mois et que la personne est constamment inquiète de subir une autre attaque (11). Le trouble panique post-partum peut donner à la personne l'impression de perdre le contrôle, de devenir folle ou même de faire une crise cardiaque (11).

Il n'existe actuellement pas beaucoup de recherches portant spécifiquement sur l'anxiété sociale du post-partum, mais une étude a révélé que les personnes qui n'allaitaient pas leur enfant étaient plus susceptibles de souffrir de phobies sociales du post-partum (12). L'anxiété sociale est associée à une peur extrême du jugement social et à l'évitement des personnes inconnues (12). Les personnes souffrant d'anxiété sociale du post-partum sont plus susceptibles de signaler des problèmes relationnels pendant la période post-natale (12).

Qu'est-ce que le TOC du post-partum ?

Les obsessions du post-partum peuvent varier, mais de nombreuses personnes souffrant de TOC du post-partum disent qu'elles sont centrées sur les pensées de faire du mal à leur enfant (13). D'autres obsessions courantes sont la propreté ou le besoin d'ordonner, de vérifier des objets (13). Il est important de noter que les personnes souffrant de ces obsessions ne sont pas susceptibles de faire du mal à leur bébé et qu'il est probable que ces obsessions soient indésirables et ne correspondent pas aux véritables pensées ou au caractère de la personne (13).

Les obsessions ne se limitent pas à de fortes inquiétudes concernant des choses précises. Sur le plan psychologique, une obsession est une pensée récurrente et persistante qui provoque de l'anxiété ou du stress (13). Cette pensée peut se manifester sous la forme d'une image que la personne atteinte d'un trouble obsessionnel-compulsif n'arrive pas à se sortir de la tête (13). Les pensées et les images sont souvent désagréables ou inappropriées et surtout, non désirées (13). Une personne atteinte d'un TOC peut avoir envie d'adopter un comportement qui la libère de la pensée ou de l'image - c'est la partie compulsive du TOC (12). Certaines données suggèrent qu'environ 9 % des personnes souffrent d'un TOC après l'accouchement et que, parmi elles, près de 40 % souffrent également de dépression (13).

Qu'est-ce que le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) du post-partum ?

Bien que le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) ait été identifié pour la première fois chez les soldats ayant servi en temps de guerre, c'est un trouble qui est également assez répandu après une grossesse et un accouchement (14). Le SSPT peut se déclencher lorsqu'une personne est confrontée à un événement au cours duquel elle a le sentiment que sa vie ou sa sécurité est menacée (14). Les personnes touchées peuvent avoir l'impression de revivre l'événement et éviter les personnes ou les lieux qui rappellent cet événement (14).

Les personnes ayant vécu une grossesse qui se passe mal ou un accouchement traumatisant peuvent être sujettes au SSPT du post-partum (14). Une personne souffrant de SSPT du post-partum peut décider de ne pas avoir d'autres enfants, de retarder la conception d'autres enfants ou de choisir une césarienne lors de son prochain accouchement en raison de son expérience traumatique (14). Le SSPT du post-partum touche souvent les personnes qui souffrent aussi de dépression du post-partum (14).

Qu'est-ce que le trouble bipolaire de type II du post-partum ?

Le trouble bipolaire de type II est souvent appelé "l'imposteur de la dépression du post-partum" car les personnes souffrant de trouble bipolaire de type II non diagnostiqué peuvent voir leurs symptômes atteindre un pic après l'accouchement et chercher un traitement (6). Parfois, les personnes atteintes de troubles bipolaires de type II peuvent essayer différents traitements de la dépression du post-partum qui s'avèrent tous infructueux (6). Les symptômes du trouble bipolaire de type II ressemblent souvent à ceux de la dépression du post-partum. Les personnes atteintes de cette maladie peuvent avoir beaucoup d'énergie pendant les jours qui suivent la naissance, mais plonger dans une dépression sévère après quelques semaines (6). Les personnes atteintes de ce trouble du post-partum le décrivent comme une dépression profonde accompagnée de montées soudaines et intenses d'énergie, si fortes qu'elles semblent avoir été déclenchées par un interrupteur (6).

Qu'est-ce que la psychose puerpérale ?

La psychose puerpérale est considérée comme le trouble psychique du post-partum le plus grave en raison des dangers qu'elle entraîne pour la personne ayant accouché et l'enfant (6). La plupart des personnes qui en sont atteintes commencent à présenter des symptômes quelques jours à trois semaines après la naissance (6). Les amis ou la famille peuvent remarquer qu'il est difficile de communiquer avec la personne qui souffre de psychose (6). La personne peut être déconnectée de la réalité, avoir des sautes d'humeur soudaines ou des hallucinations (6). Elle peut avoir des changements notables de l'appétit ou du sommeil (6). Si vous pensez que vous ou une personne que vous connaissez souffre de psychose puerpérale, appelez immédiatement un professionnel de la santé ou les services d'urgence, car ces troubles constituent une urgence médicale.

Qui est exposé au risque de dépression du post-partum et aux autres troubles psychiques ?

Les facteurs de risque pour les troubles psychiques de la grossesse et du post-partum varient en fonction de la pathologie. Des antécédents psychiatriques pourraient être l'un des principaux facteurs de risque des troubles psychiques post-partum (5).

Dépression pendant la grossesse :

  • Anxiété

  • Stress

  • Antécédents de dépression

  • Manque de soutien et isolement

  • Grossesse non planifiée

  • Violence domestique

  • Faible revenu

  • Niveau d'éducation

  • Tabagisme

  • Parent isolé

  • Conflits relationnels

Dépression du post-partum :

  • Dépression pendant la grossesse

  • Anxiété pendant la grossesse

  • Événements stressants

  • Naissance traumatique

  • Naissance prématurée

  • Admission du nourrisson aux soins intensifs néonatals

  • Peu de soutien social

  • Antécédents de dépression

  • Difficultés lors de l'allaitement

TOC du post-partum :

  • Antécédents psychiatriques

  • Complication pendant la grossesse/lors de l'accouchement

  • Avoir plus d'un enfant

SSPT du post-partum :

  • Grossesse à risque

  • Anxiété pendant la grossesse

  • Dépression pendant la grossesse

  • Anxiété au moment de l'accouchement

  • Expériences traumatiques à la naissance

  • Événements stressants

  • Peur de l'accouchement

  • Douleur plus intense que prévu pendant l'accouchement

Anxiété du post-partum :

  • Âge

  • Faible revenu

  • Antécédents psychiatriques

  • Peu de soutien de la part de l’entourage

Obtenir de l'aide en cas de troubles psychiques du post-partum

La période qui suit la naissance d'un nouveau-né est parfois appelée "le quatrième trimestre" (16). Les normes culturelles qui entourent cette période sont susceptibles d'influencer les taux de troubles psychiques du post-partum (6). Un temps de congés trop court, l'isolement social et l'absence de routines ou rituels après la naissance peuvent tous contribuer au développement de ces troubles (6). Certaines recherches montrent que l'éducation des nouveaux parents sur les changements attendus pendant le post-partum et les comportements des nouveau-nés peut réduire le risque de troubles psychiques du post-partum (17), mais ces programmes peuvent être difficiles à trouver.

Si vous vivez avec un trouble psychique du post-partum, sachez que vous n'êtes pas un cas isolé et que ce n'est pas votre faute. Si vous ressentez de la honte ou de la gêne, sachez que c'est normal et que vos symptômes ne font PAS de vous un mauvais parent. Il existe des traitements qui ont fait l'objet de nombreuses recherches pour soulager les symptômes des troubles psychiques du post-partum, notamment des médicaments et la thérapie (17). Il n'existe pas encore de remède miracle, mais les médicaments peuvent améliorer la qualité de vie au quotidien. Discutez avec votre prestataire de soins des médicaments ou des thérapies qui pourraient vous convenir. Il existe plusieurs médicaments qui peuvent être pris sans danger si vous allaitez ou si vous vous nourrissez au sein (18).

Si vous ne pouvez pas quitter la maison, envisagez d'essayer une plateforme de télémédecine comme Qare, qui dispose de prestataires spécialisés qui peuvent consulter en ligne. Pensez également aux centres PMI. Ce sont des centres publics qui offrent accueil et conseils pour les parents, des consultations médicales, un accompagnement individuel et des ateliers collectifs pour les enfants en bas-âge. Le magazine en ligne et podcast Le Quatrième Trimestre ont été créés par une jeune maman et permettent d’en apprendre plus sur le post-partum.

Si vous ou l'un de vos proches souffrez d'un trouble psychique post-partum et ne recevez pas les soins médicaux ou le soutien dont vous avez besoin, des associations comme Maman Blues, SuperMamans, (Re)naissances peuvent vous aider à trouver des ressources. peuvent vous aider à trouver des ressources. Si vous ressentez de forts troubles pouvant aller jusqu’à des hallucinations et que vous avez des pensées violentes envers vous ou votre enfant, ou si vous pensez que votre enfant serait mieux sans vous, consultez immédiatement un professionnel de la santé.

Téléchargez Clue pour suivre votre grossesse et votre santé mentale.

An illustration of a hand pressing a button

Let's support one another.

and champion menstrual health together. Make an impact today in one click.

An illustration of a hand pressing a button

Vous aimeriez peut-être lire aussi

Torse d'une personne avec les deux mains sur son abdomen.

Crampes & Douleurs

Crampes menstruelles : leurs causes et les moyens de les soulager

Voici ce que dit la recherche au sujet des règles douloureuses.

Articles populaires