Illustration d'un coeur en tonnes d'orange

Illustration: Marta Pucci

Fausse Couche

À quoi s'attendre après une fausse couche

Deine Möglichkeiten während und nach einer Fehlgeburt

*Traduction: Sarah Idrissi

La fausse couche est une issue courante des grossesses, mais cela ne la rend pas plus facile à vivre. Cet article vous aidera à comprendre ce à quoi vous devez vous attendre après une fausse couche, les possibilités médicales qui s'offrent à vous et quelques conseils pour vous rétablir.

Les saignements en début de grossesse ne sont pas toujours le signe d'une fausse couche (2). Vous ne savez pas si vous avez fait ou si vous faites une fausse couche ? Consultez notre article " Est-ce que je fais une fausse couche ? "? et téléphonez à votre professionnel·le de santé.

Une idée fausse et répandue veut qu'après une fausse couche il faudrait un traitement médical pour retirer les tissus de grossesse de votre utérus. Traditionnellement, les fausses couches étaient traitées par une procédure médicale appelée évacuation chirurgicale (1). Ce terme peut sembler effrayant, mais il s'agit d'une intervention chirurgicale simple qui consiste à retirer tout tissu de grossesse restant dans l'utérus afin de réduire le risque d'infection et d'hémorragie, ou de perte de sang (1). Cette opération n'est cependant pas toujours nécessaire et il existe des alternatives efficaces qui ne nécessitent pas de chirurgie (1). Il existe aujourd'hui plusieurs solutions et c'est à vous et à votre professionnel·le de santé de choisir celle qui vous convient le mieux (2).

Télécharger Clue et activer le mode Grossesse avec Clue Plus

  • Télécharger l'app Clue sur l'App Store
  • Télécharger l'app Clue sur Play Store
une image de 3 écrans mobiles de l'app Clue

Que faire si vous pensez avoir fait une fausse couche

Si vous pensez avoir fait ou être en train de faire une fausse couche, il est important de consulter immédiatement un·e professionnel·le de santé. Vous devrez peut-être faire une échographie et une prise de sang pour tester certaines hormones de grossesse comme la gonadotrophine chorionique humaine (hCG) et la progestérone (2). Certaines circonstances, notamment les grossesses extra-utérines (en dehors de l'utérus), molaires (une pathologie rare dans laquelle la grossesse se transforme en une tumeur non cancéreuse) ou les infections, peuvent indiquer que vous avez besoin d'une intervention chirurgicale urgente. Mais dans la plupart des cas, votre préférence en matière de traitement devrait jouer un rôle majeur dans la décision que vous prendrez. La fausse couche est une expérience différente pour chacun·e, et pour la plupart, elle est une épreuve difficile (2). Elle revêt une signification émotionnelle pour de nombreuses personnes et le recours à une consultation médicale attentive et bienveillante peut contribuer à atténuer l'impact traumatique (2).

Si votre groupe sanguin est de rhésus négatif, votre médecin·e peut vous conseiller de recevoir une injection de Rhogam dans les 72 heures suivant votre fausse couche (3). Cette injection vous protège contre une protéine sanguine potentiellement présente dans le sang du fœtus et se mélanger au vôtre. Le professionnel·le de santé sera en mesure de vous dire si vous avez besoin ou non de l'injection en fonction de ses propres directives cliniques.

Si vous avez fait une fausse couche récemment, nous sommes navré·e·s. Nous savons que les sentiments liés à une fausse couche sont vraiment compliqués et que c'est une expérience intense. Certaines personnes disent qu'elles sont gênées de poser des questions à leur soignant·e concernant leur fausse couche ou qu'elles ont honte de ne pas savoir ce qui se passe dans leur corps. Voici tout ce que vous devez savoir sur ce qui arrive physiquement après une fausse couche et sur les possibilités qui s'offrent à vous pour le gérer.

Quelles sont les solutions possibles en cas de fausse couche ?

Si vous faites une fausse couche complète, la grossesse cesse de se développer, ou de croître, et l'activité cardiaque embryonnaire s'arrête. Le tissu interne de l'utérus et tous les nouveaux tissus qui se sont développés, y compris l'embryon, sont éliminés par voie vaginale (1, 3). Cela peut ressembler à des saignements menstruels normaux ou à de le spotting (1, 3).

Il arrive qu'une partie des tissus reste à l'intérieur de l'utérus ou que la grossesse ne puisse pas évoluer vers une naissance vivante. On parle alors de fausse couche incomplète ou de grossesse non viable (2). Si vous avez fait une fausse couche incomplète, une consultation médicale sera nécessaire. Ils surveilleront votre rétablissement par une échographie et des analyses de sang (2).

Option 1 : laisser la fausse couche suivre son cours naturellement

Il est généralement possible de laisser votre corps se charger lui-même de la fausse couche (2). Les professionnel·le·s de santé appellent cela l'attente vigilante et 80 % des fausses couches se résolvent de cette manière (2). La chose la plus importante à prendre en compte concernant l’attente vigilante est votre disponibilité émotionnelle pour gérer ce processus, qui peut prendre six à huit semaines. Vous devez également vous assurer que vous ne souffrez pas d'une infection ou d'une grossesse extra-utérine (2). Votre professionnel·le de santé peut vous prescrire une échographie pour vérifier l'épaisseur de votre endomètre (la muqueuse de votre utérus) et la présence d'un sac gestationnel (la cavité de liquide entourant l'embryon) à l'intérieur de votre utérus (2). Il sera peut-être nécessaire de renouveler ces tests au cours des semaines suivantes (2).

Option 2 : La prise de médicaments pour accélérer la fausse couche

Si les tissus de grossesse restants ne sont pas évacués par voie vaginale pendant l'attente vigilante, ils peuvent provoquer une infection ou des saignements graves. Votre professionnel·le de santé vous recommandera probablement l'une des nombreuses solutions pour le retirer, comme par exemple un médicament oral ou vaginal appelé misoprostol (2, 3). Le médicament est efficace dans les deux cas, mais la prise par voie vaginale peut réduire le risque de diarrhée, un effet secondaire possible (2). Les taux de réussite varient, mais atteignent généralement 95 % (2). La plupart des gens éprouveront certains effets secondaires, comme des étourdissements, des maux de tête et des troubles intestinaux (2). Comme pour l’attente vigilante, vous devrez retourner voir votre médecin·e pour des tests de suivi afin de vous assurer que le médicament est efficace (2).

Option 3 : L’intervention chirurgicale en cas de fausse couche est sûre et efficace

Le recours à la chirurgie pour enlever le tissu de grossesse, appelée évacuation chirurgicale avec curetage ou aspiration, est une solution efficace et sûre (3). Pendant cette intervention, vous recevrez probablement un sédatif en intraveineuse (IV) pour gérer votre douleur (2). Vous pouvez choisir cette solution si vous pensez qu'elle est la meilleure pour vous sur le plan personnel; il existe également d'autres raisons médicales qui peuvent en faire l'option préférable. Votre professionnel·le de la santé vous recommandera probablement une intervention chirurgicale pour une fausse couche si vous saignez abondamment, si vous avez des douleurs intenses ou si vous souffrez d'une infection (2). Vous pouvez également choisir la chirurgie si vous souhaitez que le tissu soit soumis à un test génétique (2). La chirurgie est la dernière alternative si l’attente vigilante ou les médicaments ne fonctionnent pas.

Une fausse couche n'est pas de votre faute

Parfois, certaines personnes se sentent coupables, mais une fausse couche n'est jamais de votre faute. La plupart d’entre elles surviennent parce que l'embryon en développement présentait une anomalie chromosomique (3). Cela signifie que quelque chose d'inattendu dans les gènes de l'ovule, du sperme ou des deux ensemble a provoqué un développement qui n'est pas typique. Cette variabilité se produit pendant la division cellulaire et n'indique pas un problème dans l'ADN de l’un·e ou l'autre des parent·e·s (4). Environ 70 % des fausses couches précoces sont dues à des anomalies chromosomiques (5, 6).

Votre santé mentale après une fausse couche est aussi importante que votre santé physique

Le deuil qui peut résulter d'une fausse couche est réel. Certain·e·s disent que ce deuil est aussi intense que pour les autres types de décès ou de perte (2). Ce n'est pas grave non plus si vous ne ressentez pas de chagrin ; les émotions sont compliquées et imprévisibles. Des études menées auprès de personnes ayant fait une fausse couche suggèrent que les symptômes dépressifs s'améliorent avec le temps, en particulier après le sixième mois (7). Pourtant, pour les personnes qui n'ont pas d'enfants ou celles qui ont l'impression de ne pas avoir reçu d’accompagnement ou de soutien, les symptômes dépressifs peuvent ne pas disparaître avec le temps (7). Planifier un rendez-vous de suivi avec votre professionnel·le de santé pour discuter de la perte peut vous aider à traiter certains sentiments (8, 9). Le stress est associé à une moins bonne santé mentale après une fausse couche (10). Il peut donc être utile de prendre le temps de le réduire en faisant de l'exercice, en méditant ou en faisant ce qui vous semble bénéfique pour vous.

La façon de se remettre d'une fausse couche varie d'une personne à l'autre

Il faudra sûrement quelques semaines pour que votre corps retrouve son état normal après une fausse couche. Si la grossesse était désirée, il vous faudra probablement beaucoup plus de temps pour vous remettre émotionnellement. Si la grossesse était non désirée, il n'est pas rare de ressentir un certain soulagement en parallèle à d'autres émotions complexes. L'expérience d'une fausse couche peut vous amener à vous méfier de votre corps ou provoquer des tensions entre votre partenaire et vous. De nombreuses personnes trouvent la thérapie utile lorsqu'elles se remettent d'une fausse couche. Les personnes ayant des antécédents de troubles de l'humeur, comme la dépression ou l'anxiété, devraient consulter un·e spécialiste de santé mentale afin d'en prévenir la récurrence ou l'aggravation. Quels que soient vos sentiments à l'égard de votre fausse couche, il est important de consulter un·e gynécologue dans les deux semaines qui en suivent la fin pour parler de la planification familiale à venir et pour vous assurer que votre corps se rétablit.

Vous trouverez ci-dessous une liste de ressources en ligne et de livres qui pourraient vous être utiles pendant votre rétablissement.

Ressources en ligne :

Livres à lire (en anglais) :

  • Miscarriage: Women Sharing from the Heart — Shelly Marks, Marie Allen

  • Miscarriage: A Shattered Dream — Sherokee Isle, Linda Hammer Burns

  • Surviving Pregnancy Loss: A complete sourcebook for women and their families — Rochelle Friedman and Bonnie Gradstein

Vous pouvez en apprendre davantage sur les causes d'une fausse couche dans notre article "Est-ce que je fais une fausse couche ?"

Apprenez comment faire en sorte que les prédictions de votre prochain cycle soient exactes dans l'application Clue, en faisant une note spéciale sur cette grossesse ici. Vous pouvez faire d'autres suivis tels que votre état émotionnel, les douleurs, votre sommeil, votre sexualité, votre énergie, etc. et ce même avant vos prochaines règles.

une illustration de la fleur de Clue
une illustration de la fleur de Clue

Vivez en symbiose avec votre cycle en téléchargeant l'app Clue maintenant.

Vous aimeriez peut-être lire aussi

Crampes & Douleurs

Crampes menstruelles : leurs causes et les moyens de les soulager

Voici ce que dit la recherche au sujet des règles douloureuses.

Articles populaires