Eine Illustration, die die kosmische Großartigkeit eines Orgasmus zeigt

Illustration: Marta Pucci

Plaisir

Combien y a-t-il de types d'orgasmes féminins ?

Étude sur les orgasmes féminins..

*Traduction: Camille Josse

Les orgasmes sont difficiles à étudier.

Comme les études sur l'humeur ou la douleur, les orgasmes féminins* doivent être interprétés non seulement en fonction des mécanismes biologiques, mais aussi des changements psychologiques, sociologiques et historiques.

*Remarque : dans cet article, les termes "femme" et "homme" font référence à l'anatomie sexuelle cisgenre. Une personne ayant des organes génitaux entièrement ou partiellement féminins peut ou non être de sexe féminin, et une personne ayant des organes génitaux entièrement ou partiellement masculins peut ou non être de sexe masculin. Il existe également des personnes qui ont à la fois des organes génitaux masculins et féminins, mais malheureusement, elles sont inclues dans très peu d'études. J'utilise les termes masculin et féminin pour décrire les organes sexuels parce qu'il y a peu de consensus sur les autres termes à utiliser.

Dans les pays occidentaux, les orgasmes féminins ont été étroitement surveillés depuis des centaines d'années. Ils étaient parfois considérés comme malsains ou tout bonnement mauvais. Et les orgasmes obtenus par une stimulation autre qu'un rapport vaginal hétérosexuel ont été considérés comme inacceptables par les chercheurs et les médecins (1,2).

une image de 3 écrans mobiles de l'app Clue

Téléchargez Clue pour suivre votre libido.

  • Télécharger l'app Clue sur l'App Store
  • Télécharger l'app Clue sur Play Store

4.8

Illustration d'une évaluation de cinq étoiles

plus de 2M+ évaluations

Le postulat selon lequel certains orgasmes seraient supérieurs à d'autres a d'ailleurs été longtemps soutenu par des professionnels de la santé.

Sigmund Freud a popularisé l'idée que les femmes matures ont un orgasme vaginal tandis que les femmes plus jeunes apprécient davantage la stimulation clitoridienne (1-3).

L'importance de l'orgasme vaginal s'est tellement ancrée dans la médecine du XXe siècle que l'incapacité à l'atteindre lors de rapports hétérosexuels avec pénétration est devenue une condition diagnostique dans le DSM III (c'est-à-dire le livre de diagnostic de la psychologie et de la psychiatrie) (4).

Bien que la plupart des professionnels de la santé ne considèrent plus cela comme un problème (à moins que les personnes qui reçoivent leurs soins n'en soient angoissés), de nombreuses personnes estiment que l'orgasme est une condition indispensable à une sexualité heureuse, satisfaisante et/ou épanouie (2). Certains pensent également que l'orgasme doit être réservé aux rapports sexuels, par opposition à l'expérience de l'orgasme pendant la masturbation (1). L'orgasme est une bonne chose, mais le fait de se sentir obligé d'avoir un orgasme, ou un certain type d'orgasme à un moment donné, peut rendre le sexe stressant et désagréable.

Les dimensions historiques et sociales de l'orgasme peuvent rendre la recherche difficile

Les chercheurs peuvent influencer les réponses des personnes interrogées en posant des questions qui impliquent l'existence d'un certain type d'orgasme.

Par ailleurs, certains sexologues ne s'accordent pas sur la manière de catégoriser les orgasmes (3,5). Par exemple, si la stimulation d'une autre partie du corps que les organes génitaux provoque leur excitation et que la personne ressent un orgasme, est-ce la stimulation des organes non-génitaux qui a provoqué l'orgasme, ou est-ce l'excitation des organes génitaux qui a provoqué l'orgasme ?

Même si une étude est réalisée à l'aide d'outils qui mesurent l'excitation, cela n'évite pas tous les problèmes.

Il a été démontré que les personnes qui ont des organes génitaux féminins peuvent ressentir une excitation au niveau de leurs organes génitaux, mais ne la signalent pas lors de l'enquête, ce qui suggère que l'excitation corporelle n'est pas un indicateur suffisant de l'attirance sexuelle ou de la sensation de plaisir (5).

À ces problèmes, s'ajoute celui du processus de recrutement des participants aux études sur le sexe et l'orgasme. Réunir des personnes pour participer à une étude est toujours délicat, mais lorsqu'il s'agit d'un sujet potentiellement considéré comme tabou ou privé, il peut être difficile de s'assurer que l'échantillon soit représentatif de tous les individus, dans toutes les cultures (c'est ce qu'on appelle également la validité externe). Il peut également être difficile pour les volontaires de se souvenir avec précision ou de savoir où et comment ils ont été stimulés pour provoquer un orgasme (5).

Compte tenu de tous ces problèmes, pourquoi parler de l'orgasme ?

Vu le grand nombre de commentaires ou réflexions sur l'orgasme dans la vie quotidienne et dans les médias, il est important de comprendre comment notre corps et celui de nos partenaires fonctionnent réellement afin de réduire les sensations de honte et de stress qui peuvent se produire pendant les rapports sexuels. Nous pourrons ainsi avoir la chance de découvrir une chose ou deux sur la manière de rendre les rapports sexuels encore plus agréables.

Les différents types d'orgasmes féminins

[]

Différents types ou différents stimuli ?

De nombreux articles de science populaire (c'est-à-dire des articles qui ne sont pas publiés dans une revue scientifique) affirment qu'il existe entre quatre et quinze types d'orgasmes différents. Comme nous l'avons déjà mentionné, la classification des orgasmes féminins fait l'objet de nombreux débats. Cependant, il existe peu de preuves pour appuyer l'idée que différents stimuli provoquent de manière fiable (c'est-à-dire de manière répétée, dans des conditions expérimentales) différents types d'orgasmes féminins ou différentes intensités d'orgasme. La plupart des gens déclarent que "certains orgasmes sont meilleurs que d'autres" (6), mais cela ne semble pas nécessairement lié aux stimuli qui provoquent cet orgasme.

Stimulation du clitoris

Le clitoris contient un faisceau de terminaisons nerveuses et est situé à l'avant de la vulve féminine, sous le capuchon clitoridien (c'est-à-dire la partie triangulaire des organes génitaux féminins qui se raccorde aux lèvres) (3). Le clitoris, comme le pénis, gonfle, s'élargit et devient plus sensible à mesure qu'une personne est excitée sexuellement (3,5).

La stimulation du clitoris est probablement le moyen le plus facile de connaître un orgasme pour la plupart des personnes.

Dans une étude menée en 2017 auprès de plus de 1 000 femmes américaines, environ 7 personnes sur 10 qui ont eu des rapports hétérosexuels ont déclaré qu'elles avaient besoin d'une stimulation du clitoris pour avoir un orgasme pendant ces rapports, ou que la stimulation du clitoris améliorait l'orgasme même si n'était pas nécessaire pour l'atteindre (6,7).

Schéma d'une vulve

Le type de stimulation clitoridienne préférée variait selon les femmes participant à l'étude, bien que de nombreuses femmes aient déclaré apprécier la stimulation clitoridienne directe et la stimulation en cercle ou par des mouvements de haut en bas (6).

Cela dit, les réponses concernant la manière dont une personne préfère que son clitoris soit stimulé sont très diverses, et certaines personnes ont même déclaré ne pas aimer du tout le contact direct (6).

Stimulation vaginale

Un orgasme provoqué par stimulation vaginale est un orgasme qui se produit par la seule stimulation intentionnelle du vagin. Bien que le clitoris ou d'autres parties du corps puissent être accidentellement touchés au cours du processus, pour avoir un "orgasme vaginal", il n'y a pas de stimulation intentionnelle d'autres parties du corps.

Dans la même étude décrite ci-dessus, moins d'une femme sur cinq a déclaré être capable d'avoir un orgasme par stimulation vaginale sans stimulation clitoridienne (6).

Le fait d’atteindre l'orgasme lors de rapports sexuels uniquement vaginaux pourrait être liée au point G, bien que cela soit sujet à débat. Le point G n'est pas bien compris (5,8,9). Il est possible que le point G soit une zone à part entière, mais il a également été avancé qu'il s'agissait en fait d'un clitoris rétracté ou élargi ou d'un ensemble de terminaisons nerveuses rattachées au clitoris (5,8,9). Il a également été avancé que le point G n'existe pas du tout (3,5). Quoi qu'il en soit, rien ne permet d'affirmer que l'orgasme résultant de la seule pénétration est d'une manière ou d'une autre meilleur que les autres formes d'orgasme; en fait, la stimulation intentionnelle du clitoris peut rendre l'orgasme plus agréable que celui obtenu par la seule pénétration (6).

Stimulation d'autres parties du corps

Les recherches sur les orgasmes provoqués par la stimulation de parties du corps autres que les organes génitaux sont plus rares. Comme beaucoup de ces études sont limitées et ne sont pas toutes récentes (10), il est possible que le nombre de personnes qui parlent de ces types d'orgasmes ne soit pas représentatif de celui que l'on trouverait dans une grande enquête représentative. Cela dit, ces études suggèrent que les gens n'ont pas nécessairement besoin de stimuler directement leur clitoris ou leur vagin pour avoir un orgasme.

Certaines études ont montré que les gens peuvent avoir un orgasme en stimulant la bouche, les mamelons, les seins, l'anus et la peau qui entoure une blessure (6,10).

Des recherches menées auprès de personnes qui ont subi de graves lésions de la moelle épinière et de personnes qui souffrent de crises d'épilepsie suggèrent que certaines expériences orgasmiques peuvent être provoquées sans contact direct avec les organes génitaux (10).

Orgasmes en dehors du sexe

L'excitation des organes génitaux et l'orgasme lui-même ne sont pas nécessairement des expériences qui se produisent uniquement pendant les rapports sexuels.

Orgasme provoqué par l'exercice

L'exercice, en particulier la musculation, le cardio et les exercices qui se concentrent sur les abdominaux, peut provoquer des orgasmes (parfois appelés coregasmes dans la science populaire) et d'autres stimulations génitales agréables (11). Cela est logique d'un point de vue biologique : l'exercice et le sexe peuvent tous deux stimuler les muscles autour des organes génitaux et entraîner une augmentation du flux sanguin dans cette zone du corps. L'exercice peut également influencer notre moral par le biais des endorphines et d'autres neurotransmetteurs (12), tout comme le sexe et l'orgasme (13).

Orgasme pendant le sommeil

De nombreuses personnes ressentent une excitation sexuelle ou un orgasme pendant leur sommeil (10). Il est difficile de dire ce qui se passe exactement, ou même comment cela se passe. Comme les récits ou les comptes rendus de rêves ne sont pas toujours fiables, il est difficile de dire si toutes les excitations et tous les orgasmes pendant le sommeil sont dus à des rêves sexuels (10,11). De même, aucune étude n'a cherché à savoir si les personnes stimulent inconsciemment leur corps pendant leur sommeil ou si elles sont stimulées par la literie ou d'autres objets. Nous ne sommes pas en mesure de dire si les orgasmes pendant le sommeil se produisent entièrement sans stimulation ou non (10).

De meilleurs orgasmes

L'objectif de nombreux articles sur l'orgasme est d'aider les gens à apprécier leur orgasme ou à faire de nouvelles expériences. Bien qu'il n'existe que peu de preuves suggérant que l'orgasme obtenu à partir d'un type de stimulation particulier est meilleur qu'un autre, on trouve dans la littérature quelques suggestions sur les facteurs qui permettent de renforcer ou de varier notre ressenti lors de l'orgasme. Dans la littérature, des personnes ont indiqué que l'orgasme et l'excitation sexuelle étaient renforcés par plusieurs facteurs :

  • « prendre le temps de faire monter l'excitation » (6)

  • changer l'intensité du toucher, y compris en interrompant et en reprenant le geste - cette technique peut contribuer à retarder l'orgasme et à le rendre plus agréable (6)

  • être avec un partenaire avec lequel il existe une connexion ou qui connaît son corps (6)

  • toucher ou stimuler les mamelons, les seins ou l'anus (6,10,14),

  • essayer de nouvelles positions, de nouveaux types de rapports sexuels ou prendre de nouveaux rôles (6,15)

Une vie sexuelle heureuse

Les représentations de l'orgasme dans les médias, les attentes de nos partenaires en matière d'orgasme et notre propre désir nous donnent l'impression que nous devons avoir un orgasme à chaque rapport sexuel (2). Mais une vie sexuelle épanouie ne signifie pas nécessairement avoir un orgasme époustouflant à chaque rapport sexuel, loin de là. De nombreuses personnes déclarent que tous les orgasmes ne sont pas identiques (6), ce qui est logique : notre esprit et notre corps changent d'un jour à l'autre (en raison de l'humeur, de la santé, du stress, etc.), et il n'est donc pas réaliste d'attendre d'un type de stimulation qu'il provoque les mêmes résultats à chaque fois. L'orgasme n'est qu'un des nombreux éléments importants de la satisfaction sexuelle.

Cet article a été initialement publié le 20 mai 2018.

An illustration of a hand pressing a button

Let's support one another.

and champion menstrual health together. Make an impact today in one click.

An illustration of a hand pressing a button

Une illustration de la vulve et du clitoris

Anatomie

Qu'est-ce que le clitoris ? Et où se trouve-t-il ?

Nous avons préparé un diagramme pour tout vous expliquer.

Articles populaires